AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 
[Event] Alerte aux poivrots ▬ Orest

avatarVoyageurs


Âge : 19 ans
Messages : 174
Date d'inscription : 22/06/2012

Rêves : 2527

MessageSujet: [Event] Alerte aux poivrots ▬ Orest   03.07.12 21:32




Alerte aux poivrots
|| Orest

C’était le lendemain d’hier. Peut-être qu’hier, c’était qu’un rêve, après tout. J’avais peut-être tout imaginé. Peut-être qu’il n’existait pas. Peut-être. Peut-être qu’il faudrait que j’arrête mes suppositions.

Voilà bien cinq minutes que j’avais délaissé mon livre pour réfléchir. Je n’en revenais pas. Je regardais mon bouquin posé sur mes genoux, et rallumais mon ipod qui s’était mis en état de veille. Tout de suite, I’m yours de Breakbot rempli mon esprit. Maintenant que ceci était fait, je pouvais tranquillement reprendre ma lecture. Où en étais-je déjà ?

J’étais venue me poser dans le salon il y a environ une heure. Quand j’avais exploré la première fois la Navette, j’avais découvert ce lieu, calme et paisible. Les quelques personnes présentes ne me gênaient pas le moins du monde. Elles regardaient la télévision avec leur casque audio fixé sur les oreilles. Je dois l’admettre, la technologie fait fort, pour ça. J’étais venue m’asseoir sur le canapé le plus éloigné, dans un petit coin sombre, pour m’abandonner à ma lecture. Je m’étais installée comme si j’étais chez moi, les jambes sur le canapé et adossée contre le dossier, un bras sur l’accoudoir. Puis je m’étais laissée distraire par mes pensées quelques temps, avant de reprendre mes esprits.

Malheureusement, on ne voulait pas me laisser tranquille en ce moment. Je n’avais même pas besoin de lever les yeux de mon livre pour savoir que quelqu’un s’installait à côté de moi. Sans demander la permission. Hum, un vrai gentleman. Je refermais mon livre, exaspérée, après avoir enregistré la page où je m’étais arrêtée, puis regardais l’individu gêneur avec de gros yeux. Je pensais qu'il allait s'excuser, ou au moins s'expliquer. Mais non. Pour qui se prenait-il ? Le roi du monde, peut-être ?

« Qu’est-ce que vous voulez ? »

Il était peut-être timide. Mais rien qu'en formulant cette pensée, je savais que ce n'était pas le cas. Il avait l'air de quelqu'un sûr de lui, confiant pour toutes choses. Certainement pas le genre d'homme avec qui je m'entendrais. En plus, il est sans gêne. Tous les défauts des hommes réunis en un seul. Ouah, j'ai gagné le gros lot on dirait.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: [Event] Alerte aux poivrots ▬ Orest   04.07.12 11:46

I'm sexy and I know it ~

Je me sens mal. J'ai mal à la tête. J'ai mal partout, en fait. Mais particulièrement à la tête. La douche froide de ce matin n'y a rien changé. Comment elle s'appelait, déjà ? La souris ? Nan. Nan, ça c'est le nom que je lui ai donné en attendant qu'elle me dise le sien. Le vrai sien. Mes souvenir de cette première soirée sur la navette sont encore extrêmement confus dans mon esprit. Pourtant je me souviens d'elle. Elle avait les cheveux bleus, et ça, je vois pas comment j'aurais pu l'oublier. Des images fugaces de la veille rythment ma mémoire. C'est comme si les souvenirs étaient éclatés, découpés, déchirés. Je n'ai que des bribes. Merde. J'crois que j'étais bourré. J'ai un mot en tête. "Touillettes." Pourquoi "touillettes" ? J'en sais rien. Je quitte la chambre sans un mot à mes colocataires. Faut que je me plaigne à l'administration. J'veux pas d'une bande de bouffons dans ma chambre.

Ah oui, c'est vrai. J'étais parti pour me plaindre, hier. Mais à cause de cette clocharde, j'ai complètement oublié. Qu'est-ce que je voulais, déjà ? Qu'est-ce que je pouvais bien lui trouver d'intéressant pour avoir passé ma soirée avec elle, sérieux ? Son... Ah, oui, c'est ça ! Son porte-feuille m'intéressait. Même s'il avait l'air vide. Quelle mauvaise blague. J'espère que personne ne m'a vu. Ou reconnu. Non. personne ne pourrait me confondre avec le moi-bourré. Y'avait aussi un autre gars, je crois. Il avait l'air pas mal défoncé aussi. Bref. Je préfère ne plus y repenser. J'erre lentement dans les couloirs de la navette. Ils se ressemblent tous, c'est une vraie torture mentale que de retrouver son chemin là-dedans. Bien sûr, il y a des plans affichés aux murs. Mais qui s'occupe des plans ? Je suis bien trop classe pour m'abaisser à chercher ma route sur un vulgaire plan. J'aurais pas l'air bête, en plus, si je suis scotché au mur en train de lire une pauvre carte mal foutue pour trouver l'étage de l'administration.

J'erre en silence. Pourtant, les pensées bouillonnent dans ma tête. J'essaie de recoller les morceaux. Mais rien à faire. Tant mieux, remarquez. Je préfère ne pas me souvenir de certains détails, je crois. J'arrive devant un endroit familier. Pas parce que j'y sois déjà venu, mais parce que l'apparence du lieu me rappelle de merveilleux souvenirs. Le luxe. Le faste. La richesse. Je suis arrivé chez moi. Ignorant superbement mon mal de tête, j'entre dans le "Salon", comme celui-ci est présenté. Des téléviseurs, des tables, des livres... C'est bien chiant tout ça. Tellement chiant... Mais tellement reposant. J'aime m'ennuyer, tout compte fait. Mais quand j'avais cette chance, je l'ai gâchée. Non. Pas gâchée. Reportée. Oui, c'est le mot. Je suis trop intelligent et trop bien pour gâcher quoi que ce soit. J'ai donc reporté ma chance de m'ennuyer dans le luxe et l'orgueil de la haute société. Et maintenant, je vais pouvoir récupérer mon du. Mes économies d'ennui, en quelque sorte. Merveilleux.

J'avise un large canapé sombre, vers le fond de la pièce, sur lequel est installée... Une autre fille. Uhm... Pas mal. Beaucoup mieux que cette chieuse d'hier soir, en tous cas. Tellement plus calme, tellement plus distinguée. Le contraste est étonnant. J'aime le contraste. Je m'installe à côté d'elle. Mais bon, comme il est hors de question que je perde mes bonnes habitudes juste pour elle, je prends bien toute la place. Mais j'ai le droit. Je suis moi, et ça me donne tous les droits. J'aime mon assurance. Et généralement, ça plaît aussi aux autres. Surtout quand ces autres sont des jeunes demoiselles.

« Qu’est-ce que vous voulez ? »

"Ça se voit pas pauvre conne, je fais un bowling." Uhm... Non, ça, ça ne serait pas très approprié. Je me retiens de balancer cette phrase. C'est pas assez classe. 'Faut croire que l'autre abrutie du bar a légèrement déteint sur moi, avec ses manières de racaille.

« Uhm ? Me détendre, je dirais, c'est ce que tout le monde vient faire ici. Non ? »

Sourire dragueur, regard mystérieux, c'est sûr. Elle ne résistera pas longtemps. Je suis le meilleur. Étape une réussie.

« C'est quoi, ton livre ? »

Étape deux, faire semblant de s'intéresser à ce qu'elle fait. Ça marche toujours, ce genre de truc. Dommage que je vois encore trop dans les vapes pour voir le titre du bouquin.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoyageurs


Âge : 19 ans
Messages : 174
Date d'inscription : 22/06/2012

Rêves : 2527

MessageSujet: Re: [Event] Alerte aux poivrots ▬ Orest   04.07.12 21:18




Alerte aux poivrots
|| Orest

Quand j’étais petite, je ne me plaignais pas d’être seule. Mais au fur et à mesure que je grandissais et que les groupes d’amis se baladaient autour de moi, je me sentais exclue. J’étais seule, et je détestais ça. Même si je savais que je ne l’étais pas complètement puisque nous étions quelques milliards sur Terre. Tiens d’ailleurs, combien de personnes y a-t-il sur la Terre II ? Question à creuser.

Ma peur de la solitude a évoluée, elle aussi. J’ai appris à me contenir dès que je voyais des gens. Mais j’attendrais quelqu’un pour monter dans un ascenseur, ou pour aller dans une pièce toute seule. Mais là, je commence à regretter tout ça. J’avais l’impression que toutes ces années de solitudes essayaient de compenser à présent que j’étais dans la Navette, et m’avaient amenées aujourd’hui un imbécile qui se prenait pour un Dieu. Mais vous y croyez, à ça ? Il se croit irrésistible. S’il ne m’énervait pas autant, j’aurais pu éclater de rire.

Je choisis d’éviter de répondre à sa première réplique. De un, je ne voyais pas ce que ça pourrait m’apporter, de deux, je n’avais pas franchement envie de lui répondre. Je voulais qu’il s’en aille, et le plus tôt serait le mieux.

« C'est quoi, ton livre ? »


Je le regardai, sceptique. Il n’avait pas l’air d’être le genre de personne qui passe ses journées dans les bibliothèques. Je me demandais même s’il avait réussi à lire Petit Ours Brun, à moins que le niveau soit encore trop élevé pour lui. D’ailleurs, son sourire charmeur et cette expression sur le visage qui voulait dire « t’inquiètes, je sais que tu vas craquer » ne me donnait vraiment pas envie de répondre. Ma foi, les apparences sont parfois trompeuses. Peut-être aurais-je une bonne surprise, finalement. Même si j’en doute fortement.

Mais alors que j’allais ouvrir la bouche, je me ravisais. J’avais deux choix. D’un, c’était de jouer avec lui, de lui faire croire que j’étais éperdument amoureuse de lui. Mais cette solution ne me paraissait pas très bonne : ça ne ferait qu’agrandir un peu plus son ego surdimensionné. Alors, il ne me restait plus qu’un choix possible : lui répondre d’aller se faire voir pour avoir la paix.

« Tu ne sais pas lire ? C’est Les hommes viennent de Mars, les femmes de Venus. Mais je doute que tu connaisses. »

Il y avait une bonne centaine de personnes dans la navette, et il avait fallu que je tombe sur lui. Sur un crétin incroyable doublé d’une immense confiance en lui et d’un ego plus grand que l’Univers entier. Et… Est-ce que je me faisais des idées, ou bien il me draguait bel et bien ?

« D’ailleurs, tu te donnes des airs de gentleman, mais tu ne t’es pas encore présenté. »

Histoire que je l’évite le plus possible à l’avenir.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarFondatrice


Messages : 82
Date d'inscription : 01/03/2012

Rêves : 2619

MessageSujet: Re: [Event] Alerte aux poivrots ▬ Orest   08.07.12 21:07

Tandis que vous papotez plus ou moins tranquillement, un haut parleur se déclenche, et la voix du Commandant Born s'écoule, peut-être de manière un peu trop forte.

    « Mesdames et Messieurs, la compagnie de bord de la Navette vous informe que de violentes perturbations vont se faire sentir d’ici peu. Nous vous demandons donc de tous rejoindre la Salle des Fêtes pour que nous puissions nous occuper de vous du mieux possible. N’ayez craintes, cela ne durera pas plus d’une heure ou deux, pour ensuite retrouver le calme que vous connaissez. »


En entendant cela, Campbell perd un peu de son sang-froid, et s'accroche au bras du garçon, inconsciemment, laissant son livre tomber au sol.

_________________

Kit by Saya sur ET
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://another-earth.forumgratuit.org
Invité



MessageSujet: Re: [Event] Alerte aux poivrots ▬ Orest   08.07.12 23:05

Hé, mad'moiselle, t'es charmante ! Tu voudrais pas une glace à la menthe ? ~


Uhu. Non, effectivement, je ne peux pas lire ce fichu titre. Et d'ailleurs, si tu veux savoir le fond de ma pensée, j'en n'ai rien à faire, de ton livre. Les livres, c'est chiant, c'est vieux, c'est ennuyeux. Maintenant, on a un truc bien plus pratique qui s'appelle la technologie, tu vois le genre ? Je cligne des yeux. Ah, c'est déjà mieux, là. Foutue tequila... Pourquoi j'en ai pris, sérieux ?

« D’ailleurs, tu te donnes des airs de gentleman, mais tu ne t’es pas encore présenté. »

De quoi ? Aaaaaah, je savais bien qu'elle serait intéressée. Tant mieux, parce que parler bouquins pour draguer, ça va bien cinq minutes, quoi. Plus besoin de faire semblant. Plus besoin de s'intéresser à ces antiquités périmées. Plus besoin de... Une voix dans le haut-parleur du fond nous annonce des perturbations spatiales, en prenant bien soin de nous défoncer les tympans au passage. Génial. Ça s'annonce vraiment bien... Des perturbations, quoi ! Comme si j'en avais quelque chose à faire ! Tant que je trouve du fric, je m'en fous des perturbations. Elles peuvent aller se faire voir. La salle des fêtes ? Haaaaan... Mais je sais même pas où elle est, moi ! Ah, mais peut-être que la fille le sait, elle ? Je suis sur le point de me retourner vers elle pour le lui demander - de manière camouflée, évidemment, j'vais pas lui dire que j'ignore quelque chose, quand même - quand elle s'agrippe à mon bras droit. Je me sens un peu comme la pierre prête à se faire épanner pour être taillée et polie. En gros elle me serre le bras comme si sa vie dépendait de moi - grave erreur, laisser sa vie entre mes mains, c'est comme essayer de se suicider, sauf que ça marche à tous les coups. Haha, victoire ! Je savais que je n'avais pas perdu la main. Cette autre dégénérée à cheveux bleus d'hier n'avait tout simplement pas de goûts, voilà tout.

La blondinette, par contre, elle a de très bons goûts. D'excellents goûts. Normal, elle s'est accrochée à moi. Donc forcément, je ne vais pas dire qu'elle a de mauvais goûts. En matière de lecture, apparemment, c'est pas encore ça, mais en terme de mec, elle a fait le meilleur choix possible. Je souris victorieusement. Un sourire à la fois fier et narquois. "J'ai gagné." Voilà ce qu'il veut dire. "Je suis le plus fort." Ou encore "je t'ai battue." Et, dans une certaine mesure... "Viens par là, toi..." Vous devinez la suite. Mouahah. C'est un super programme, ça ! Ça compensera le désastre d'hier soir. En plus, je crois bien que cet abruti de type qui se prend pour un super-héros a pris des photos. Non mais quel idiot, ce mec ! J'vais les lui faire bouffer, ses photos. Bon, maintenant, me présenter. 'Faut que ça soit classe. Mais Orest, c'est classe comme nom. Ça fait tout de suite distingué. Et avec un peu de chance, elle sait pas pour l'entreprise. Ou alors elle fera pas le lien. Même si j'ai jamais aimé les probabilités, elles, elles m'aiment bien. Elles sont de mon côté, aujourd'hui. Place maintenant à l'étape trois - ma spécialité - : le regard envoûtant. Je plonge mes prunelles ardentes dans ses iris azurées - notez toute la dimension poétique de cette phrase : poésie, dont l'étymologie vient du grec grec "ποιεῖν" : faire, créer, et qui ne m'intéresse absolument pas en vérité. Je commence à me demander pourquoi je pense à tout ça maintenant. Je dois encore être sous l'emprise de l'alcool. Non, je ne suis sous l'emprise de rien ni personne. Disons juste que, dans ma grande bonté, j'héberge encore quelques gouttes de tequila dans mon cerveau. Voilà, ça doit être ça.

« Dayton. Orest Dayton. Mais tu peux m'appeler Orest. Enchanté. »

Le ton n'est ni froid, ni brusque, pour une fois. C'est plus classe si je ne l'envoie pas se faire voir. Surtout que c'est pas le moment. Elle devrait se sentir honorée d'avoir eu droit à mon air aimable. Non, c'est plus qu'aimable. Mais heureusement, ce n'est pas encore tout à fait passionné. Décidément, je suis trop généreux, aujourd'hui, il va falloir que je me reprenne ! Mais pas maintenant. Je ne vais pas gâcher cette occasion en or de flirter avec cette fille. Je ne gâche jamais rien, de toutes façons.

« Et toi, noble créature ? »

J'aurais du dire "jeune et jolie". Mais elle l'aurait mal pris, je pense. Enfin, elle aurait moins aimé. "Noble", ça ajoute un côté spirituel, et pas seulement physique. Les filles aiment bien qu'on flatte leur ego, généralement. Et moi, j'aime leur mentir pour obtenir ce que je veux. Et franchement, si elle ne devine pas ce que je veux, c'est vraiment qu'elle est aveugle.

J'ai pas envie d'aller dans la salle des fêtes, finalement. Je suis bien, là, avec cette fille au bras. Je me sens à ma place. Plus que dans une pauvre salle des fêtes dans laquelle on m'a demandé d'aller. Par esprit de contradiction, j'irai pas dans cette pièce, et puis merde.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoyageurs


Âge : 19 ans
Messages : 174
Date d'inscription : 22/06/2012

Rêves : 2527

MessageSujet: Re: [Event] Alerte aux poivrots ▬ Orest   09.07.12 12:45




Alerte aux poivrots
|| Orest

L’alerte. On va tous mourir, non ? C’est comme ça le plus souvent, dans les films de catastrophes aériennes. Il y a le commandant qui annonce des fortes turbulences et promet de maintenir l’avion à sa place –dans les airs- et on finit par tous se scratcher au milieu de l’océan Atlantique. Donc forcément, on meurt tous, et on a même pas le temps de faire nos adieux à cette vie, qu’un barjo a décidé de tous nous tuer alors que nous n’avions pas encore touchés l’eau glacée. Inconsciemment, mes mains s’accrochent au bras du jeune homme, comme si ma vie dépendait de lui. Mon Dieu, qu’est-ce que je fais ? J’imagine qu’il doit être aux anges. Il doit se dire qu’il a gagné, qu’il m’a eue, au vue de son sourire aux airs de triomphe. Alors qu’en fait, pas du tout.

Il me regarde. Je le regarde. Il me regarde. Je comprends que si je veux qu’il m’emmène là où j’ai besoin d’aller, je dois jouer avec lui. Il ne comprend pas que je viens de comprendre. Alors je me dis que ça pourrait être amusant. Après tout, avec Kasey ça a commencé de la même manière, à quelque chose près… Et on voit comment ça a fini. Je le regarde. Non, ça ne va pas finir de la même façon qu’avec lui. Certainement pas. Je n’allais pas tomber amoureuse de ce gars, quand même ! Il est à l’opposé de moi. Comment est-ce que je pourrais… D’un autre côté, on dit bien que les contraires s’attirent. Puis je regarde ses yeux. Il essaye de faire quoi, là ? ça fait limite peur. Reste calme, Camp… Tu peux le faire, après tout. Tu as toujours aimé regarder le théâtre, et ça te faisait rêver. Alors essaye. Au moins une fois. Après, tu retourneras dans la peau de la fille que tu es.

Alors je m’accroche un peu plus à lui, prenant un air désespéré. Seulement, l’annonce de son identité fit dérailler totalement mon intention. Ce nom me disait quelque chose.

« Forest ? Comme dans Forest Gump, avec Tom Hanks ? »

Cela revenait pratiquement à le traiter d’handicapé… Mais j’adorais ce film. Il était touchant, et montrait que la détermination pouvait faire beaucoup de choses. Mais je sentais qu’il n’y avait pas que ça. Je fermais les yeux, réfléchissant. Une porte, sur laquelle étaient marqués des noms, dont le mien. Et au-dessus, en belles lettres, « Chambre #1 ». Mon Dieu. Je rouvris les yeux et le scrutais. J’avais dormi dans la même pièce que cette… Chose ? Lorsque j’étais rentrée de la piscine hier soir, je n’avais pas allumé la lumière en entrant dans la chambre de peur de réveiller mes colocataires. Je n’en avais aperçus aucun, et je ne savais pas du tout à quoi ils ressemblaient. Du moins jusqu’à maintenant.

Comment mon plan allait fonctionner avec ça ? Si je faisais des allusions plus que suggestives pour le faire bouger de là –parce qu’évidemment, Monsieur n’allait pas bouger son royal postérieur- il se ferait certainement des allusions. Et ce n’était bien entendu pas mon intention, de continuer dans cette histoire ridicule. Bon. Après tout, je ne m’étais pas dit qu’il fallait que je change ? On m’offrait une deuxième vie. Je n’avais pas le droit de la gâcher.

« Ça te dirait de te lever, pour qu’on trouve cette fichue salle ? »

Je me levais, sans lui lâcher le bras, puis tirais sur ce dernier pour le faire lever. Soit il était plus lourd que ce que je pensais, soit il ne voulait vraiment pas se lever. Malgré toute ma force de mouche, la seule chose que je réussis à faire est de... tomber sur lui. Littéralement.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: [Event] Alerte aux poivrots ▬ Orest   09.07.12 19:27

Cours Forest, cours ! ~

Forest... Uhm... Non... Pourquoi elle dit ça, l'autre blonde ? Elle me prend pour un dégénéré mental, c'est ça ?! Nan mais y'a pas que ses cheveux qui sont blonds, son cerveau doit être pas mal affecté... Dans un sens, elle me fait penser à Carmen. Sauf qu'elle na pas la classe des Daytons, évidement. Et que Carmen m'obéit au doigt et à l’œil, et m'admire profondément. Normal, j'ai envie de dire. Bon, elle, elle a l'air moyennement emballée. Dommage. Je vais trouver un moyen de la faire changer d'avis. Je vais trouver un truc à dire. ... Ou essayer ? Sérieux j'ai rien à lui dire... Faire une remarque générale, Orest, fait une remarque... Oh bah tiens, elle bouge. Ah, forcément, elle veut que je me lève. La flemme, j'veux rester assis, moi. Donc je ne bouge pas. Elle essaie de me forcer à me lever. Oh, comme c'est meugnon... Pff, tu parles, c'est surtout désespéré, oui ! Quand j'ai décidé quelque chose, on ne me fait pas changer d'avis. Je change d'avis tout seul, comme un grand, et quand ça me chante, d'abord.

Bon, alors, elle non plus n'a pas l'air de savoir où est la salle des fêtes. Tant mieux, Moi non plus. Je serai pas le seul à avoir l'air con, dans cette navette, au moins. Au pire, il suffit de suivre les autres. Je tire un coup sur son bras pour la forcer à se rasseoir. Non mais, je veux qu'elle reste ici avec moi, c'est pourtant clair, non ? Sans doute pas pour elle. Bon, tant pis. Mais mais mais ! Elle ose me tomber dessus ?! Soit elle est complètement stupide et elle a décidé de m'enquiquiner, soit elle est très rapide et ça m'arrange un peu. Comme ça je pourrais faire autre chose que de lui tourner autour toute la journée - j'aime pas qu'on me résiste. Ça fait durer le suspense, mais ça m'agace. Et j'aime pas être agacé. Pourtant c'est plus intéressant. Paradoxe, quand tu nous tiens... Bref. Elle s'est affalée sur moi, comme si j'étais un vulgaire canapé. Et je ne lui permettrai pas de me considérer comme une chose sur laquelle on s'assoit simplement. C'est moi qui m'assois sur les choses, d'habitude, et pas l'inverse !

Je la fais descendre en la fusillant du regard, la reposant sur sa moitié du sofa. Je vais t'apprendre à piétiner ma fierté, la blondinette. Surtout qu'elle ne m'a toujours pas donné son nom. Elle veut aller à la salle des fêtes ? Très bien, allons à la salle des fêtes. Je me lève et me tourne vers elle.

« Tu ne veux vraiment pas me dire ton nom, hein ? Je peux te trouver un surnom, tu sais. Bon, si tu tiens vraiment à suivre les conseils de ce commandant rabat-joie, pas de problème... Même si je vois pas vraiment pourquoi on devrait l'écouter. C'est pas comme si on devait prendre ses désirs pour des ordres, non plus. »

Je lui tend une main pour la relever - c'est moi qui mène la danse, jamais l'inverse - et poursuis, décidé à être "celui qui sait" jusqu'au bout :

« La salle des fêtes est par là, tu viens ou tu comptes camper ici ? »

J'indique la sortie du salon de l'autre main, et affiche un air confiant et naturel. Elle ne doit pas savoir que je ne sais pas. Car après tout je sais. Si je sais où cette salle n'est pas, je sais où elle est. Logique, embrouillé, convaincant. J'aime ma faculté d'auto-persuasion. Bref, elle a intérêt à me répondre, cette fois. Sinon je l'appelle Camping. Genre, tout le temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatarFondatrice


Messages : 82
Date d'inscription : 01/03/2012

Rêves : 2619

MessageSujet: Re: [Event] Alerte aux poivrots ▬ Orest   09.07.12 21:05

Malheureusement pour Orest, il s'est complètement trompé de direction. D'autres personnes voulant elles aussi retrouver la salle le leur annonce, abaissant par la même occasion la crédulité du jeune homme.
Comment ? Vous voulez suivre ces personnes ? C'est hélas trop tard, elles sont déjà parties.

_________________

Kit by Saya sur ET
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://another-earth.forumgratuit.org
avatarVoyageurs


Âge : 19 ans
Messages : 174
Date d'inscription : 22/06/2012

Rêves : 2527

MessageSujet: Re: [Event] Alerte aux poivrots ▬ Orest   10.07.12 14:00




Alerte aux poivrots
|| Orest

Eh bien… Il n’avait pas l’air content que je l’aie pris pour mon siège. Eh bien, tant mieux voyons. Peut-être que si je fais en sorte qu’il me déteste, je serais tranquille. Il ne viendra plus m’enquiquiner comme maintenant. Puis il me jeta un regard noir. Monsieur se vexait ? Je souris en coin, fière de moi. Quel crétin quand même. Je suis heureuse que le voyage n’est pas aussi long que je le pensais, au moins, une fois arrivés sur l’autre planète, je ne le reverrais sans doute plus. A moins que j’aie vraiment la poisse et qu’il me suive comme un toutou. Mais ça m’étonnerait que ce soit son genre, de courir après les filles. Il devait être plus habitué à ce que ce soit elles qui courent vers lui, prêtes à se donner corps et âme. Bon Dieu, qu’il m’énerve celui-là. Je me demandais si des gens arrivaient à le supporter. A mon avis, s’ils existaient, ils devaient être aussi cons que lui. Après tout, qui se ressemble, s’assemble, non ?

Je le regardais, fronçant les sourcils. Pour qui se prenait-il, à me reposer sans ménagement ainsi ? Je détestais les gens qui se prenaient pour des rois. Je le détestais, lui. Non, en fait, je ne haïssais. Non mais, quel crétin ! Pourquoi je ne pars pas ? Pourquoi je ne le laisse pas en plan, comme si de rien n’était ? Parce que j’avais besoin d’un guide, voilà pourquoi. Parce que je ne savais pas où était cette fichue salle, et ça commençait à me gonfler sérieusement. D’ailleurs, cela faisait un moment que je ne m’étais pas énervée comme ça. Je suis sure que c’est à cause de lui et de ses mauvaises ondes. Il veut sans doute me pervertir pour que je sois comme lui, et bien il se fourre le doigt dans l’œil jusqu’au coude ! … C’est moi ou je deviens parano ? Je me relevais sans me servir de son aide, parce que je n’étais plus une gamine et que j’en avais marre de lui. Je voulais qu’il comprenne qu’il n’était pas si irrésistible que ça, et que même si la plupart des filles tombent sous le charme des mauvais garçons, il était tombé sur une exception.

« Je m’appelle Campbell Leavy. Et c’est pas parce que tu ne veux pas l’écouter que les autres ne le veulent pas non plus. Tu n’es pas Moïse, si on ne veut pas te suivre, on ne le fait pas. »

Je le regardais de bas en haut. Evidemment, il était plus grand que moi. Mais qu’est-ce que je m’en fichais, de sa taille ! Je soupirais alors qu’il me demandait de le suivre, ce que je fis à contre cœur. Il avait intérêt à savoir où elle était cette salle, parce que je ne le supporterais pas bien longtemps. Il fallait que je trouve quelqu’un avec qui je m’entendais bien. Comme Kasey par exemple. D’ailleurs, ça faisait un moment que je ne l’avais pas vu… Mais il faut croire que la poisse me suivait et me suivrait toujours. Je le regardais alors qu’on venait de nous annoncer que la Salle des Fêtes était à l’opposé, les poings sur les hanches. Et j’explosais à moitié.

« Tu t’es foutu de ma gueule !? Tu ne sais pas où est cette salle, avoue ! »

Et qu’est-ce qu’il aurait fait, si ces personnes ne nous avaient pas prévenus ? Il aurait tourné en rond peut-être ? C’est pas vrai… Et il avait fallu que je tombe avec lui. Je me retournais pour voir si on pouvait suivre les autres, mais ils avaient disparus. Je pointais sur cet Orest un index accusateur, accompagné d’un regard furieux.

« Tout ça, c’est ta faute ! »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: [Event] Alerte aux poivrots ▬ Orest   03.08.12 19:56

Feeling like lost in space to roam forever ~

    "Campbell Leavy." Alors ça pour un nom chelou... C'est un nom chelou. La vache, j'étais vraiment pas loin quand je disais que je voulais l'appeler "Camping". Ouais, j'vais continuer à l'appeler comme ça, alors. Ça lui va bien. Et en plus elle croit qu'elle peut me donner des leçons. Haha. La bonne blague. Bon, j'm'en fiche, après tout, c'est pas comme si une fille pouvait être intelligente. J'ai pas à l'écouter, quoi. Et non, j'suis pas Moïse. Déjà j'ai pas un nom de merde, et en plus j'existe. Ouais, j'suis trop supérieur pour elle, c'est tout. Bon, alors, mademoiselle je-donne-des-leçons-aux-autres-parce-que-je-m'y-crois-trop veut aller dans cette foutue salle des fêtes ? Pas de problème. Bordel, elle est où cette salle des fêtes ? Bah en fait j'en sais rien. Qu'est-ce que ça peut me faire, de toutes façons ? Si Mademoiselle est pas contente, ben c'est pareil. Elle veut pas se montrer coopérative ? Très bien, c'est cool, moi non plus. J'vais la paumer dans cette navette et elle reviendra me voir en rampant pour me supplier de la ramener dans son salon de merde. Ouais, voilà, je vais faire ça. Bonne idée, mec, comme d'habitude, j'ai envie de dire ! La routine, quoi.

    Sauf que cette abrutie de campeuse a trouvé le moyen de demander à des gens si on était dans la bonne direction. Ah bah bravo, la confiance ! Génial. Merci. Bon, ok, elle a plutôt raison de se méfier de moi. Mais bon, ça craint quoi. Heureusement que ces autres connards de gens se sont barrés. Je leur aurai fait leur fête, sinon. Sérieux, on n'a pas idée de me discrédibiliser comme ça. Ça le fait pas, quoi. J'ai l'air d'un con, maintenant. C'est rageant. Ah, la voilà qui essaie de me faire la leçon. Nan mais j'y crois pas, là !

    « J'crois que t'as pas bien compris, la Campeuse. J'vais pas dans cette salle à la con, moi, c'est pas un abruti dans son micro qui va me donner des ordres. S'il a un truc à me dire, il le fait en face. Alors ouais, on est perdus, mais de toutes façons, on nous aurait bassiné avec un discours moisi comme quoi il faut pas s'inquiéter et que tout rentrera bientôt dans l'ordre, donc on perd pas grand chose, tu vois. »

    Je dois sacrément tirer la tronche, quand même. Nan mais j'suis pire qu'énervé, là, faut pas chercher. C'est quoi tous ces trucs pourris qui me tombent dessus ? Une nana complètement cinglée qui suit les ordres d'un pignouf dans son micro à la lettre, et puis quoi encore ?! J'ferais mieux de m'arracher d'ici vite fait bien fait, en fait. Mais j'peux pas. Cette saleté de navette, elle est dans l'Espace, bordel ! On peut pas se barrer. Faut attendre d'être sur la Terre II pour ça. Et merde... Le mal de tête revient en force. Putain, c'est bien le moment ! Il peut pas attendre, celui-là ?! Ben non, évidemment, ça serait pas drôle, sinon... J'vous jure, des fois... Je louche sur son index accusateur braqué sur mon illustre personne et le repousse façon "gentille baffe". Et je prends mon air arrogant pour bien l'enquiquiner :

    « C'est mal poli de pointer les gens du doigt, tu sais. Bon, tu comptes rester plantée là toute la journée ou bien tu vas enfin bouger tes fesses de ce couloir ? »

    Et hop, comme ça c'est à elle de choisir le chemin. Et si elle trouve la salle des fêtes, j'irai voir si je ne peux pas trouver meilleure compagnie là-bas, du genre moins coincée que celle-là, vous voyez ?


HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoyageurs


Âge : 19 ans
Messages : 174
Date d'inscription : 22/06/2012

Rêves : 2527

MessageSujet: Re: [Event] Alerte aux poivrots ▬ Orest   17.08.12 15:07



Alerte aux poivrots
|| Orest

… La Campeuse ? C’est quoi ce surnom ? Et puis, où est-il allé chercher ça ? Je me demande bien ce qu’il avait dans le cerveau, celui-là. Non mais, je n’y crois pas. Il a d’abord le culot de venir s’asseoir à côté de moi sans avoir la politesse de demander mon accord, et voilà qu’il me perdait. Enfin, nous. Mais je n’étais plus vraiment sûre de vouloir l’inclure dans cette aventure. Il avait raison, il ne se prenait pas pour Moïse, mais carrément pour Dieu. C’était incroyable. Le faisait-il exprès ? Etait-ce un rôle qu’il prenait ou était-il comme cela naturellement ? Si c’était la seconde option, je plaignais son entourage. Et je me plaignais moi-même, d’être bloquée avec lui.

« D’accord d’accord, j’ai compris. Mais alors si t’y vas pas, t’as cas m’accompagner. On verra bien le moment venu, si tu entres dans la salle ou non. Tu trouveras peut-être quelqu’un de plus intéressant –et accessoirement intéressé- à aller enquiquiner. »

Bien que je n’y croyais pas une seule seconde. Certes, il pourrait trouver tout le monde qu’il voulait là-bas, mais il ne pourrait jamais trouver quelqu’un qui le supporte réellement, avec toutes ses manières et ses paroles. Et sa manière d’être aussi. Enfin. Quoi qu’il en soit, je n’allais pas y aller seule, c’était certain. Tout simplement parce que ce n’était pas possible ; je n’avais presque aucun sens de l’orientation, et de toute façon, je n’avais pas de montre.

« C'est mal poli de pointer les gens du doigt, tu sais. Bon, tu comptes rester plantée là toute la journée ou bien tu vas enfin bouger tes fesses de ce couloir ? »

Je bougonnais entre mes dents, consciente qu’il faisait ça pour essayer d’effacer la « honte » qu’il venait de subir. Je devais le comprendre, d’une manière. Monsieur qui a toujours raison avait parfaitement fait croire à la petite blonde naïve qu’ils étaient sur le bon chemin, alors qu’il n’en avait en réalité aucune idée. Et manque de chance, des inconnus nous préviennent que nous sommes dans la mauvaise direction, rendant sa crédibilité à l’état de néant. Il devait en avoir pris un coup, le pauvre. Il faut comprendre que c’est ironique. D’ailleurs, le sourire en coin le montrait bien. Je soupirais, puis le pris par le bras avant de prendre la direction que les gens avaient indiqué.

« Aller viens. Et t’as pas intérêt de trainer. »



HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Event] Alerte aux poivrots ▬ Orest   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Event] Alerte aux poivrots ▬ Orest

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Event Djaul]
» Alerte vin québécois!
» alerte mail - GMAIL
» Space Alerte
» MTGO Sealed Premier event.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Another Earth :: 
Sous les étoiles
 :: Le Trou Noir :: Les Météorites
-