AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 
Another day lost in space

avatarVoyageurs


Âge : 29 ans
Messages : 24
Date d'inscription : 27/06/2012

Rêves : 2373

MessageSujet: Another day lost in space   01.07.12 12:01




J'ai très souvent rêver que ma vie ne ressemblait pas à celle-ci. Que je réussissais dans la vie, que j'avais tout l'argent que je voulais, peut-être même étais-je quelqu'un de connu. J’enchaînais les sorties aux restaurant à la Bruce Wayne, Ma vie était celle du héros d'un film ou d'un livre. Pleine d'actions. J'étais un homme de qualité, à sauver le monde. J'étais quelqu'un de spécial. D'hors du commun. Et pourtant, je me réveille, et je me dis que ma vie est encore plus parfaite que celle que j'ai abandonnée aux songes.
J'attrapes le cup de café entre mes mains et le porte à mes lèvres. Il est trop chaud mais ce n'est pas grave. En fait, rien n'est grave. Je sens la chaleur sur mes doigts. Le bout de ma langue qui me fait légèrement mal. Je me demande pourquoi je bois ça.

Je me laisse tomber dans le sofa sur lequel j'étais assis. J'attrape le médaillon à mon cou. Et sans l'ouvrir, la nostalgie prend le dessus. Ce petit bout de métal me rappelle à quel point je suis loin de chez moi. Je ne le regarde même pas, mais juste de le sentir, je repense à cette vie parfaite que j'avais. Même si j'en étais prisonnier. Maintenant, je n'ai plus que cette chaîne pour me rappeler que j'ai eu plus que mes rêves : une réalité.

Des gens discutent. J'entends des birbes de conversation. Rien d'exceptionnel. Simplement des gens qui parlent. Ils murmurent même. D'autre se déplacent. Je crois qu'ils sont tous en manque de leur vie d'avant. Même si ça ressemble plus à une croisière qu'à un devoir, ce voyage est pire que le service militaire. Je suis certain de ne jamais en revenir. J'ai peur d'oublier leurs odeurs, leurs peaux. J'ai peur de ne plus me souvenir de son rire. Je sais que je ne le verrais jamais grandir. Je n'ai même pas pu leur écrire de lettre d'adieu. Je n'ai même pas pu le serrer une dernière fois dans mes bras. On m'a arraché la vie, ou plutôt cette vie. Celle dont personne ne rêve mais qui est pourtant la plus enviable, je crois.

J'entends quelqu'un qui s'assoie à côté de moi. Mais j'ai le regard perdu sur un point fixe, un point vide. Perdu dans mes pensées. Il faudrait m'en extirpé pour que je remarque que je ne suis plus seul. Il faudrait qu'un jour, je passe le cap. Que je passe à autre chose. Mais tirer un trait, 'est beaucoup trop dur. Se dire qu'on va tout reconstruire, repartir à zéro, sans enfance, avec seulement des souvenirs et des regrets, c'est pas vraiment un nouveau départ. Seulement une continuité où l'on a tout abandonné. Le meilleur comme le pire.

Je crois que je badde. Je crois que j'ai le mal du pays. J'ai envie que quelqu'un me sauve. Mais personne ne sera là pour moi. Je le sais. J'en suis persuadé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: Another day lost in space   05.07.12 15:51

    Je me sens mal. Genre vraiment mal. Je suis allongée sur mon lit, les cheveux défaits et je regarde le plafond d'un oeil torve. Orest m'a abandonné. Ou du moins, j'sais pas où il est. Alors ça me fait un peu peur. Il avait promit qu'on serait toujours ensemble, quand on s'est embarqué dans la navette, mais faut croire qu'il est partit courir après je ne sais quelle lubie - ou jolie pairs de jambe, parce qu'il y a de belles plantes, dans cette fichue navette-. Bref. Il m'a abandonné. Ca ne me rassure pas du tout, mais alors pas du tout. Parce que dans notre chambre, y a des types bizarres aussi. Je connais pas leurs noms mais ils ne m'inspirent pas confiance. Je ne leur ai pas encore parlé. Orest aime bien parler à ma place d'habitude, du coup, je me contente de battre des cils d'un air tout doux à côté de lui. Il m'a dit que j'étais l'apparence et qu'il était la tête. Je crois qu'il a raison. Je sais très bien battre des cils. Parler, c'est déjà moins facile.

    Donc j'étais allongée sur mon lit en me demandant quoi faire. C'est très bizarre parce qu'habituellement, c'est Orest qui me dit ce que je dois faire et j'avais l'impression d'être toute seule dans ma tête. Alors j'ai regardé mes mains. J'ai regardé le plafond. J'ai regardé la chambre. Et je me suis beaucoup ennuyée en fait. Orest ne revenait pas. Attendre, ça ne me dérange pas beaucoup. Sauf que là, je m'ennuyais trop. Alors je suis partie. J'ai mis de l'ordre dans mes cheveux blonds qui dessinent des boucles soyeuses dans mon dos. J'ai voulu me maquiller sauf que je n'ai pas trouvé mon mascara alors j'ai grimacé mais je me suis dit qu'il devait bien y avoir une fille dans cette navette à qui en emprunter. Du coup, en me regardant dans la glace, sans maquillage, j'ai trouvé que je ressemblais à un bébé. J'ai dix sept ans. On m'en aurait donné à peine quinze avec mes joues rebondies et mes grands yeux bleus nus. Ca m'a énervé. J'ai mis des talons pour avoir l'air plus grande et un décolleté.

    J'ai marché. Je cherchais Orest. Mais je ne le trouvais pas. Sans lui, je suis perdue. J'ai ouvert plein de portes. J'étais fatiguée de marcher. Je ne marche pas souvent, d'habitude. Alors quand j'ai vu les canapés et la pièce toute douce, toute tranquille, je n'ai pas hésité à m'y engouffrer. J'ai tourné la tête dans tous les coins, au cas où il y aurait mon frère mais je ne l'ai toujours pas trouvé. Il y avait plein de gens et je ne savais pas quoi faire. Je les ai regardé. Il y avait des filles qui bavassaient mais elles étaient vraiment moches comparé à moi et je n'aime pas parler avec des moches. De vieux monsieurs, des femmes d'âges murs qui rêvaient. Et un type qui avait l'air de dépprimer. Je ne sais pas ce que je lui ai trouvé. Peut être que c'est parce qu'il avait l'air aussi paumé et triste que moi. Ou alors qu'il y avait quelque chose dans sa figure qui lui donnait un air aimable. Je me suis avancée, tout doucement. Il ne m'a pas vu. Je me suis assise sur le canapé et j'ai enroulé une mèche de mes cheveux autour des mes doigts avant de demander en me mordant la lèvre, d'un ton timide. " 'scusez moi...Vous auriez pas vu mon grand frère ? "

    Sur le coup, j'ai pas réfléchis. Je me suis pas dis qu'il ne connaissait pas mon frère ni rien. C'est Orest la tête. C'est lui qui réfléchit. Pas moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoyageurs


Âge : 29 ans
Messages : 24
Date d'inscription : 27/06/2012

Rêves : 2373

MessageSujet: Re: Another day lost in space   10.07.12 9:21




C'est une voix féminine. Un peu juvénile. C'est une question, presque irréfléchie et pourtant avec ce côté retenu. Mon visage se turne alors vers la blondinette. Elle est mignonne. Un peu jeune. Je ne m'étais pas trompée. On dirait presque une poupée Barbie. Une poupée de porcelaine, avec une peau un peu trop parfaite, de longs cils noirs. Ca doit être le mascara. J'observe ses battements de paupières quelques secondes, comme un fétichiste. Je trouve ses yeux très jolis. Il faut que je m'éclaircice la voix quelques secondes, parce que sinon, elle prendra peur. Parce que sinon, je vais mugir comme un lion.

▬ Tu m'excusera ma mignonne, mais je ne sais même pas qui est ton frère, du coup, je me vois dans l’incapacité de t'aider.


Une voix un peu douce. Un tutoiement. C'est parce que tu as bien une dizaine d'année de plus qu'elle que tu te permet ce genre de comportement. En fait, non. C'est plutôt spontané. A force, avec l'âge, le vouvoiement se raréfie, n'existant que pour les invités de marques, les hôtes de renoms, les rencontres originales. Là, ce n'est que nous, coincés dans un navire spatial à la dérive, à attendre l'heure de la fin d'un voyage qui est aussi mystérieux que long. Nous cohabitons dans cet espace restreint sans autre possibilité de fuir que la mort. Alors je grimace légèrement. Pare que ça n'arrange pas mon état d'esprit actuel.

▬ A quoi il ressemble ? Comme ça je peux te dire si je l'ai vu... Et. Euh, au pire, j'ai rien de mieux à faire après mon café, donc si tu veux, on peut aller le chercher.


Je crois que le fait d'être père me manque J'ai besoin de réconforter les gens, de leur apporter quelque chose. Cette présence, pas un modèle, ais un bouclier avec le monde. Comme si j'étais capable de défendre quoi que ce soit. Comme si j'étais quelqu'un, quelque chose d'utile. Je ne suis que futilité, e en avoir conscience me tue légèrement.
Je reprends une gorgée de mon café, encore un peu trop chaud. Pas de quoi me brûler cette fois. Après quoi je tends le gobelet en plastique à la blondinette. Ce n'est que u café, mais peut-être qu'elle se sentira mieux après. Moins seule, moins abandonnée. Et je dois avoué que là, je pense à Campbell. Je me demande si elle va bien. Si elle, elle n'est pas trop perdu dans ce noir interstellaire. Si quelqu'un lui tien la main et lui dit tout va bien.

▬ Je m'appelle Mathew. Et toi ?


Quitte à partager un siège, quitte à partager ce sofa, éloigner de toutes une oule, de tout un monde, autant connaître son prénom. A ne plus être des inconnus inutiles, des inconnus sans âme, des inconnus sans rien, sans liens.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Another day lost in space   

Revenir en haut Aller en bas
 

Another day lost in space

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SQUATS - Space Dwarves
» Space Alerte
» [recherche] rabiot space marines
» Space Marine RED SCORPION
» La cabale du crépuscule /VS/ Space wolves

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Another Earth :: 
Sous les étoiles
 :: Le Trou Noir :: Les Météorites
-