AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 
Dr Levure [PV Orest + Libre]

Invité



MessageSujet: Dr Levure [PV Orest + Libre]   29.06.12 12:20


"We got some Good Weed in the backyard !"


L’odeur de L’Alcool.
Douce et envoûtante, elle s’infiltre dans ses narines et vient la chatouiller doucement. Doucement elle ouvre un œil, et éternue. Elle renifle et ouvre son deuxième œil, sous sa mèche. Elle regarde autour d’elle. Ah oui, elle s’est bien endormie sur le bar. Le cul sur la chaise affalée sur le bar. Elle regarde négligemment le serveur et s’étire en bayant bruyamment. Pourquoi est elle donc là ?
Elle essaie de se remémorer la veille, elle ne se souvient que des flots de bières dégoulinant dans sa gorge. Elle se redresse sur sa chaise, puis s’accoude au bar. Ah oui, il y avait autre chose. La Navette.
C’était allé tellement vite, elle n’avait pas eu le temps de tout comprendre. Il y avait eu le taxi, le ticket et un mot qui l’avait embarqué dans cette histoire foireuse : « Oui ». Juste oui et quelques heures plus tard elle se trouvait à errer dans cette navette. Une minuscule âme dans un bâtiment immense. Elle s’était perdue, mais enfin, elle avait trouvé un endroit : le bar.
Ah ce qu’elle aimait les bars, elle se rappelait des soirées passées dans le bar du coin avec sa bande, avec Craig. Raaaah Craig. Ca craint comme nom n'empêche, mais cela ne l'empêchait pas de baver encore sur sa musculature de rêve, ses yeux bleus, sa peau mâte …
Elle secoua la tête, elle ne le reverrait plus. Tant pis, elle n’avait pas réussi a le mettre dans son lit mais elle trouverait bien quelqu’un d’autre.
Après ? Elle se souvenait s’être affalée sur cette même chaise et avoir bu, beaucoup, pourquoi ? Elle ne savait plus trop, peut être pour oublier. Pour s’oublier.
Ouais, bah elle avait bu, étrangement on ne lui avait pas demandé de payer. Elle rigola toute seule. En même temps les serveurs n’allait pas la réveiller pour lui demander de payer !
Enfin, elle ne croit pas. Puis au pire, il lui restera certainement quelques billets dans sa poche.
Machinalement elle regarda l’heure sur l’horloge du mur. 22 heures. Elle devait donc être arrivée vers 11 heures au plus tôt.
En tout cas, elle avait bien dormi.
Soudainement, une vague de colère s’échappa d’elle. Elle ne savait pas d’où elle venait, mais cette vague était bien là, déferlante de rage et de violence. Une vague qui la submergeait. Qui l’étouffait par cette force nouvelle. Elle pris conscience du verre dans sa main et le lâcha brusquement par terre.
Elle comprit enfin la cause de cette colère : Elle ne connaissait personne, elle avait perdu ses amis les plus chers au monde. Perdu son lycée de cassos. Perdu Cassie, sa meilleure amie. Perdu tout.
Elle se leva de sa chaise, l’envoyant valser au passage. Elle n’entendait pas les serveurs, elle n’entendait plus rien. Elle ne voyait plus, aveuglée par sa puissante colère.
Elle marcha en vitesse vers la sortie, elle bouscula un gars au passage, son épaule frappant contre celle du garçon. C’était elle qui lui avait foncé dedans, elle s’apprêtait a lui sortir un magnifique et élégant « Casse toi bouffon ! », quand elle se retint. Il n’avait rien fait.
Pas la peine de lui mettre un point dans la gueule, pas la peine de lui casser sa gueule. Il était sans doute aussi perdu qu’elle.
Elle sentit une larme rouler le long de sa joue, elle l’essuya rageusement. Depuis quand elle pleurait elle ? Elle ne s’était jamais permis une telle faiblesse, pourquoi fallait il que ça commence maintenant ?
Mais le flot ne s’arrêtait pas, elle avait beau essayer d’arrêter ses larmes, elles coulaient toujours. Heureusement, la tête baissée sa chevelure bleu cachait son visage.



Dernière édition par Capucine Sondahor le 04.07.12 7:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Dr Levure [PV Orest + Libre]   29.06.12 16:25

Say it once, say it twice,
Take a chance and roll the dice ~


Ouais, c'est ça, causez toujours. C'est qui ces bouffons, d'abord ? J'ai demandé une chambre en première classe, il me semble. Et en première classe, on doit pas se coltiner une bande d'abrutis finis dans le genre. Sérieux, ils vont m'entendre, à l'administration. Si j'avais encore tout mon fric, je les aurai forcé à virer leur personnel incompétent. Quelle bande d'incapables. J't'en ficherai de la cohabitation ! J'espère au moins qu'ils ont du pognon, eux, comme ça au moins ils serviront à quelque chose. 'Faut bien exploiter les faibles. Et ça, c'est ma spécialité. Je rage encore cinq minutes en traversant un couloir, avant de me retrouver devant ce qui semble être le compartiment "bar" de la navette. Mais quelle bonne idée, un bar. J'vais pouvoir passer ma colère sur quelqu'un, et faire semblant d'être bourré pour me justifier. Quoique, si je peux éviter d'attirer tout de suite l'attention, j'peux peut-être faire quelques porte-feuilles bien replis, non ? Ah, bah tiens, y'en a une qui dors, affalée sur le bar. J'sais pas si elle est friquée, mais vu qu'elle a limite la bave qui lui pend à la bouche, elle doit avoir bien bu. Tant mieux. C'est plus facile de voler les gens quand ils sont endormis. Endormis par l'alcool, en plus.

Je commence à m'avancer vers elle, de ma démarche noble et feutrée - parce que, il faut l'admettre, c'est ce que les files de la salle veulent voir -, mais ma cible se réveille, fixe la pendule, prend une décision et essaie de gagner la sortie d'une démarche rageuse, ayant fait valser sa chaise dans la foulée. Merde, elle s'en va. Il faut pas qu'elle s'en aille. J'ai une potentielle liasse de billets à lui chourer. Hé, mais attendez un peu... C'est qu'elle me fonce dessus, la tornade bleue. Oui, parce qu'étrangement, elle a les cheveux bleus... Mais au pire, qu'est-ce que j'en ai à faire, de ses cheveux ? C'est son porte-monnaie qui m'intéresse. C'est bien clair ? Porte-monnaie, tu imprimes et tu te concentres, mon vieux. Voilà. Porte-monnaie. C'est ce que je veux avant tout. Comme ça j'aurais de quoi me payer mon premier repas digne de ce nom depuis environ six mois. Marre des raviolis en conserve, bordel ! Mais l'autre ne me voit même pas m'approcher, et elle me fonce carrément dedans. Épaule contre épaule. Merde alors, faut lui dire que d'habitude, c'est plutôt les mecs qui rentrent dans les filles. Pas l'inverse. Enfin, c'est pas comme si elle me donnait envie de lui rentrer dedans, présentement.

Et en plus elle s'excuse même pas, cette abrutie. Elle passe en cachant son visage dans sa crinière azurée. C'est ça, baisse la tête, sale lâche.

« Madame voudrait peut-être que je m'excuse, en plus ? »

L'ironie Orestienne, le retour. Nan mais si elle croit que je vais me laisser marcher sur les pieds par une vaurienne dans son genre... Qu'elle aille se faire voir, j'ai rien à dire à ce genre de gonzesses. Elle mérite même pas d'avoir touché ma veste avec son épaule des basses-classes. Mais je sais que je vais bien m'amuser, avec elle. Son intervention aura au moins le mérite de me divertir. Et de passer ma colère sur quelqu'un, accessoirement. Avec cet air arrogant qui donne des envies de meurtre à tout le monde, j’époussette mon vêtement et la toise d'un regard hautain. Il faut lui faire comprendre dès le début qu'elle est tombée sur plus méritant qu'elle, lui affirmer mon indéniable supériorité. Elle n'a pas l'air contente. A scruter un peu plus son visage empourpré, je commence à me demander si c'est l'effet de l'alcool ou... Des larmes ? Qu'elle aille chouiner ailleurs, j'suis pas intéressé. Sauf si elle est friquée. Là, c'est différent. Si elle a assez de moyens, il se peut que je m'intéresse carrément à elle - ou plutôt, à sa carte bleue. Et à tous le fric qui en découle. Et puis merde, je ne m'abaisserai pas à utiliser l'argent d'une pauvre. C'est pas du bon argent, ça. Parce que vue sa dégaine, elle vient pas de la haute, celle-là. Uhm... Je m'en doutais. Ça m'étonne pas, en même temps. C'est rare de voir des riches picoler et s'endormir accoudé au bar. Mauvaise cible...

« Laisse passer les grands, tu veux ? Les petites souris dans ton genre, ça retourne bien gentiment à leur place quand le chat est là. »

Je m'approche d'elle en affichant mon expression préférée : le mépris. Et je précise, au cas où, en faisant traîner mes mots pour qu'elle intègre la leçon :

« Avec les rats. »


Dernière édition par Orest Dayton le 03.07.12 20:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Dr Levure [PV Orest + Libre]   30.06.12 15:47

CENSORED

« Madame voudrait peut-être que je m'excuse, en plus ? »

Connard. T’auras mon poing dans la gueule si tu me parles sur ce ton. Elle arrive à stopper ses larmes. Le flot de colère est revenu, la colère a détruit ses pleurs. Détruits ses larmes. Il la force à le taper. Mais elle se retient, ce bouffon n’est pas assez fort pour qu’elle puisse se battre avec, le jeu serait trop facile. Elle relève sa tête vers le gars, elle se doute bien que son œil visible est rouge à cause de ses larmes, mais elle s’en moque. Elle regarde le gars, droit dans les yeux. Enfin, son œil regarde celui du gars. L’autre œil est encore une fois invisible. Tant mieux, elle ne veut pas qu’il voit son autre œil. Elle en a toujours eu honte, cette différence.
Avant, elle se rappelait elle portait un cache œil. Maintenant sa mèche suffit. Puis au pire s’il le voit, s’il se moque, elle le remettrait à sa place. Même si elle doit utiliser la violence face à ce vaurien.


« Laisse passer les grands, tu veux ? Les petites souris dans ton genre, ça retourne bien gentiment à leur place quand le chat est là. »

Il s’approche d’elle, elle s’approche d’elle et de ses cheveux bleus. Celle-ci a toujours son unique œil planté dans celui du brun, enfin, du bouffon à la langue beaucoup trop pendue. Il la regarde d’un air qu’elle saurait reconnaître parfaitement, même les yeux fermés. Une tête droite, une expression presque dégoutée. Oui, c’est du mépris. Il lui a volé proprement son expression favorite. D’habitude, c’est elle qui fait ça. Pas l’inverse. Elle sent la rage de nouveau monter dans elle. Comme tout à l’heure, le flot l’ensevelit. Elle fronce les sourcils. Elle n’a pas ses règles pourtant ses saut d’humeur pourraient très nettement prouver le contraire.
Depuis qu’elle est là, de toute façon rien ne va alors rien de bien étonnant.

« Avec les rats. »

Le coup vol. Parfaitement ajusté : En plein dans la mâchoire. Elle n’entend pas si le choc produit un craquement ou pas. Elle n’espère pas. Elle ne voudrait pas trop l’amocher. Car en y pensant, ce gars aurait put être un candidat potentiel pour la place dans son lit. Mais là, elle n’en a pas grande envie. Elle espère juste que sa colère n’aura pas surdosé le coup de poing. Oui, c’est un beau gars, autant ne pas trop l’amocher.
Elle a visé sa mâchoire, elle voulait absolument viser sa tête, mais pas le nez. Ca se casse rapidement cette connerie là. Puis la tête, ça n’aurait eu aucun effet. Oui la mâchoire c’est l’endroit parfait.
Elle recule de quelques pas, prête à esquiver un coup en retour, mais rien ne vient. Tant mieux s’il ne savait pas se battre. Il avait plutôt l’air d’une sauterelle desséchée que l’air d’un véritable homme.

« Je préfère être la reine des souris qu’être un chat aussi miteux que toi. »

Bah quoi ? C’était nul et alors ? Il avait bien dit quelque chose de nul, autant être à sa hauteur quoi. Au moins si elle prenait l’air d’un débile il la comprendrait. Logique ?
Ravie, ce fut elle qui figea sur son visage un masque de mépris. Mwahaha, les cartes changeaient de main, elle en était ravie.
Elle regarda le gars de nouveau, elle espérait sincèrement qu’elle avait réussi à le remettre à sa place avec ce simple geste. Elle ne savait que trop bien que dans les banlieues une fille devait savoir se battre pour pouvoir s’imposer, pour mériter le respect. Ce gars était une de ces racailles qui se surpassait pour leur propre égo, mais au fond, les racailles sont toutes pareilles, des cœurs blessés par une vie médiocre.
Il faisait donc partie de cette catégorie là ?
Une racaille qui ne savait que se battre à coup de phrase sans effets ?
Ce devait être horrible d’être lui. Ce devait être nul de se sentir inférieur aux autres. Mais elle n’allait pas l’aider, même si elle devait lui prêter une échelle pour atteindre sa cheville elle n’allait pas lui faire l’honneur de l’aider. Tant pis pour lui.
Elle regarda le barman derrière elle. Elle eut envie de boire de nouveau. Encore cette soudaine pulsion qui la poussait à se bourrer.
Elle regarda le gars. Peut être qu’il avait des sous ?
Elle n’avait pas envie de sortir ses billets, autant profiter d’une peut être galanterie, un jeune de banlieue avait quand même des bonnes manières nan ?

« T’as pas du blé ? »

Elle montra du doigt un ivrogne qui s’enfilait une bière cul sec.

« J’ai soif. »

Ouais, elle avait soif, sa gorge sèche commençait à lui faire bizarrement tourner l’estomac. Si elle ne buvait pas, si le gars ne voulait pas lui prêter un peu de sa tune, alors elle lui gerberait dessus.


Dernière édition par Capucine Sondahor le 02.07.12 8:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Dr Levure [PV Orest + Libre]   30.06.12 19:15

I will not bow, I will not break ~

Je vois le coup partir. Mais je ne fais rien. "C'est qu'une fille, elle a pas de force, c'est clair. Elle va tout au plus me chatouiller, c'est clair." Ouais, ben j'me suis bien planté... C'est clair. Putain ça fait mal ! Elle est taré ou quoi, celle-là ?! Elle essaie de me défigurer ? C'est quoi son problème, elle a ses règles la sourissette ?! Bordel, ma mâchoire... Non. Ça ne fait pas mal. Ne pas y penser. Rester classe. Rester... Classe... rester... Une envie irrépressible de lui gueuler qu'elle est cinglée monte en moi. Non, Orest, se contrôler. T'es en public, donc tu te la fermes. Fais comme s'il ne s'était rien passé. Pense à ton image. Ton image, bordel. Penses-y. Penses-y de toutes tes forces et retiens-toi d'hurler. Retiens-toi aussi de lui en coller une, tant qu'à faire. Un mec qui frappe les filles, c'est pas classe. Pas en public. Dans le couloir. Attends d'être dans le couloir. Attends d'être dans le couloir et tu pourras remettre cette merdeuse à sa place. Voilà, c'est bien, ça. Mais merde, ça fait quand même trop mal.

« Je préfère être la reine des souris qu'être un chat aussi miteux que toi. »

Pardon... ? Pardon ?! Pardon ?! "Miteux" ? Ça veut dire quoi, ça, "miteux" ?! Elle s'est regardée, l'autre, avant de causer ?! Je regarde vite-fait les gens autour de nous, dans la salle. Bon, ils ont tous l'air plus ou moins ivres, ils n'ont pas du faire attention à notre altercation. C'est déjà ça. Je souris. Mais c'est un sourire narquois. Évidemment. Un sourire faux, aussi. J'ai pas envie de sourie. Mais j'ai pas non plus envie qu'elle croie que son petit jeu a marché. Je préfère lui afficher cet air toujours plus arrogant que lui envoyer mon poing dans la figure. Toujours une question de convenances, bien sûr. Il faudrait pas qu'elle pense qu'elle m'a fait mal. Mal ? Non, non, bien sûr, je n'ai pas mal... Officiellement, je n'ai pas mal. Bon, d'accord, j'ai mal. Mais elle ne le saura pas. Jamais. Ça serait pas bon pour mon ego. Au moins je pisse pas le sang, c'est déjà ça.

« T'as pas du blé ? »

Euh... Pas vraiment, non. Mon fric, putain... Si j'en avais encore, je serai pas là dans cette navette de merde à te parler, abrutie. Qu'est-ce que ça peut être conne, une fille, sérieux... Elle croit vraiment qu'un type comme moi monterait un jour dans un pauvre vaisseau de ce genre s'il avait encore de l'argent ? Mais bon, puisqu'elle a pas l'air très intelligente... J'vais pas lui briser ses petites illusions. Et puis, si elle pense que j'ai du fric, tant mieux. Officiellement, j'ai du fric. Je suis bourré de fric. Oui, officiellement, c'est bien. Sauf que ça fait six mois que je ne peux plus jeter mon pognon par les fenêtres. Je t'en foutrais, des crises !

« Possible. »

Que j'aime faire durer le suspense. Je fourre mes mains dans mes poches, faisant mine de chercher des billets, mais ne vais pas plus loin. Elle peut patienter, la souris. Le chat aime jouer avec ses nerfs. Elle désigne un alcoolo' en train de hoqueter tout seul dans son coin.

« J'ai soif. »

Héhé. Une fille bourrée est toujours plus facile à voler. Même si celle-là n'a pas l'air très friquée. Bon, au pire, je pourrais lui coller un procès pour le coup qu'elle m'a foutu tout à l'heure, et son assurance m'offrira gracieusement de quoi me refaire. De nos jours, on peut tout faire, en Amérique. Que j'aime ce continent injuste et déraisonnable. Je me tourne vers le bar, l'air délibérément peu intéressé. "Cause toujours, tu m'intéresses." C'est ce que je veux qu'elle pense que je pense. "Et puis après tout, qu'est-ce que j'ai à perdre ?" C'est ce qu'exprime mon visage. Mais je pense autrement. Dans ma tête, c'est plutôt... "Vas-y, bourre-toi la gueule, que je te pique ton porte-feuille." Je me tourne et m'avance vers le bar, attends qu'elle me rejoigne, m'assure que personne ne prête trop d'attention à nous - ou plutôt, à ma présence dans ce bar, qui est à l'opposé de la classe absolue - et m'assois sur un de ces tabourets surélevés que je déteste tant. Pas de dossier, pas d'accoudoirs. C'est vraiment de la merde, question confort. Si peu digne de moi. Et de lâcher en regardant derrière le bar, une fois qu'elle s'est assise :

« Tu prends quoi ? »

J'imagine son œil noisette qui me fixe avec espoir. Mais en fait, j'en sais rien. L'autre ? Il est toujours caché sous sa grosse mèche bleue. Elle est bizarre, comme fille. D'abord elle veut se battre, et la minute d'après elle veut boire un coup avec moi. Faudrait savoir. Ou peut-être sans moi ? Dans tous les cas, j'm'en fiche pas mal, tant qu'elle finit bourrée. Je me tourne légèrement vers elle de manière à pouvoir observer ses réactions. En plus, comme ça, je suis de dos par rapport à une grande majorité de la salle. On ne me verra pas traîner ici. Je m'accoude au bar et pose ma tête sur mon ping. j'en profite pour vérifier que je n'ai rien de casser, discrètement... Mine de rien, elle tape sacrément fort, celle-là. 'Va falloir que je me méfie un peu plus. J'espère qu'elle a pas capté. Et que j'aurais pas de bleu demain. Putain, ça serait vraiment trop la honte...


Dernière édition par Orest Dayton le 03.07.12 20:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Dr Levure [PV Orest + Libre]   02.07.12 8:21

Les Touillettes, c'est Chouette.


Il se tourne et s’avance vers le bar. Bin tiens, Môssieur c’est enfin décidé. Il s’assoit sur un des tabourets. Vraiment, il est con ce gars, il choisit le moins confortable. C’est vraiment un clochard, un clochard qui se donne l’air d’un aristocrate.
C’est pas gagner. C’est moi qui vous le dit. Evidemment, il a choisi de se mettre à côté d’un ivrogne, sans doute pour pas qu’elle puisse s’asseoir. Bin tant pis. La fille se dirige vers l’ivrogne, et le fait descendre d’une façon, pour elle, assez polie et accompagne l’ivrogne jusqu’à un canapé. Elle l’aurait bien fait tombé de sa chaise sans faire attention à lui, mais quand même, elle a une réputation à tenir, pas comme le misérable à côté.
Elle s’assoit sur la chaise de bar. Adressant un regard sournois au brun à côté d’elle.

« Tu prends quoi ? »

Elle réfléchit un instant. Vodka ? Nan, elle a besoin de quelque chose de plus … fruité ? Oui, c’est ça, il lui faut un truc qui puisse lui rappeler l’été d’avant. Du Kirsch ? Oui ça, c’est pas mal, pas mal du tout. En faite, elle adore cette boisson.
Si on pouvait lui passer une bouteille entière elle l’accepterait sans hésiter.
Elle regarde le Gars à côté d’elle encore une fois.

« Un petit Kirsch me suffira pour le moment … Et toi ? »

En le regardant, elle sait tout de suite que ce n’est pas un grand buveur, il n’a pas de tenue sur un bar. Sa façon de se tenir, le « tu prends quoi ? » Ouais, lui il tient pas l’alcool. Elle en rigole d’avance. Ca va être rigolo.
Elle n’attends pas sa réponse et commande au serveur son verre de Kirsch. Elle reste pensive un moment, un long moment. Puis, elle remarque les touillettes de café sur le bar. Elle en prend une et commence à la mordiller. C’est un geste habituel chez elle. Une touillette rime avec enfance, qui rime avec mordiller. Son verre arrive. Elle le prend dans ses mains. Elle regarde son verre, bien, il y a des glaçons, au moins ils sont pas radins avec les glaçons et la boisson ici ! Voilà enfin quelque chose de positive non ?
Non ?
Elle pose sa touillette sur le bar et fait tourner sa chaise face à la salle. L’ivrogne est toujours là, affalé dans son canapé, au bord du coma éthylique. Tant pis, il avait qu’a ne pas boire autant et lui passer un verre. Lentement, elle boit son verre. Elle sent déjà l’alcool offrir à son corps une puissance nouvelle. Mais, ça fait pas assez d’effets. Il faut plus.
Elle se retourne vers le bar, et regarde le gars en train de siroter son verre lui aussi. Mwahaha, il va bientôt être bourré lui.
Elle commande au barman un nouveau verre, de Vodka cette fois. Là, ça devrait agir non ? La Vodka, c’est du dur, du pur. Du bon quoi.
Elle reprend sa touillette laissée sur le bar et recommence à la mâchouiller. Le silence commence à devenir pesant. Trop pesant à son goût, elle, elle a plutôt l’habitude de l’agitation, de la fête quoi. Bon bah, c’est encore une fois elle qui va briser ce silence. A croire que le gars n’a pas de langue. Langue ? Elle commence à divaguer. L’alcool doit commencer à faire son effet.
Soudain, elle se rends compte d’une chose. Elle ne connait pas le nom du gars.

« Tu t’appelles comment toi ? »

Sa phrase est prononcée avec mépris, pour ne pas montrer qu’elle s’intéresse à lui, nan, faut pas lui montrer, ça enflerait trop son égo, et ça, c’est mal. Faut le laisser croire que c’est qu’une merde, et qu’il changera jamais.
Ah voilà le verre. Elle l’enfile cul sec. Et le pose sur la table pour entendre la réponse du brun. Puis en redemande un autre aussitôt. D’ailleurs, quel âge elle lui donnerait ? Pas plus de 25, c’est certain. Mais pas moins de 20. Il est trop vieux ? Naaan, elle, elle prend tout quand elle a faim.
Ah, l'alcool commence à faire son effet. Elle commence à rigoler pour un rien. Elle essaie de garder son calme et de s'intéresser au gars, mais c'est plus fort qu'elle. Elle éclate en un fou rire sonore.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Dr Levure [PV Orest + Libre]   03.07.12 11:50

I'm not the Master of the Universe ~


Euh... Ouais ben... J'en sais rien, moi. Qu'est-ce que je prends ? Y'a pas de champagne ici, j'imagine. Pas non plus de vin français. Pas de truc classe, quoi. Je regarde vite-fait le nom des bouteilles derrière le bar. "Whisky", "Tequila", "Bière Blonde"... J'aime pas la bière. Ça pue, c'est pour les cassos. Les autres ? Je sais que le whisky est assez fort. Mais la bouteille est moche alors je laisse tomber. Tequila ? La tequila c'est bien, ça, non ? C'est un truc super fort, je crois. J'en sais rien en fait. Mais j'm'en fiche. Le principal, c'est que je fasse semblant de boire et que l'autre finisse complètement ivre avant moi. Le but du jeu, c'est de lui faire croire que je suis bourré. Pour lui piquer son porte-feuille. Et en profiter pour lui rendre ce foutu coup de poing. L'autre prend du kirsch. Haha, c'est bien. Vas-y, imbibe-toi d'alcool. Elle est déjà servie quand je commande. Bien. Vas-y, bois ! Elle fais l'idiote sur sa chaise alors que je renifle le contenu de mon verre, méfiant. Bon, bah ça pue l'alcool, quoi. Il s'agit juste de faire semblant, maintenant. Oh... Un petit peu, ça peut pas faire de mal... Je goûte. Et ça me prend à la gorge. C'est fort... Mais un peu vanillé, aussi. Bon, si j'y vais petit à petit, ça devrait le faire.

Je me fais chier, avec elle. J'ai très envie de me lever d'un coup et de me barrer, comme si de rien n'était. Mais elle se retourne. Quelque chose d'intéressant à dire, la souris ? Non ? Non. Clairement, non. C'est impossible que quelque chose d'intéressant quitte ses lèvres de clocharde. Quoique... Elle me demande mon nom. Flemme de le donner. Flemme qu'on m'associe à ce bar pourri. Flemme de répondre, aussi. En plus, elle me parle mal, cette abrutie. Elle va vraiment s'en prendre une, tant pis si on me voit lui foutre une raclée. J'ai envie de lui répondre avec toute la classe et le mépris dont je suis capable, juste pour lui montrer à quel point elle est bas dans l'échelle sociale. De lâcher un "Dayton. Orest Dayton" à la James Bond et de quitter la salle avec un sourire narquois. Mais ça lui ferait trop d'honneur. Et j'aurais toujours pas eu son porte-feuille. Il doit être vide, pourtant, je vois pas pourquoi je le voudrais... Au moins, si je reste, je pourrais me venger pour tout à l'heure une fois qu'elle sera bien soûle.

« Orest. Mais c'est Monsieur Dayton, pour toi, la clocharde. J'imagine que la souris a un nom aussi ? »

Elle éclate de rire. Putain. Je vais pas la supporter longtemps, celle-là. Elle se fout de moi ou quoi ?! Mon nom lui plaît pas, peut-être ?! Et ben elle peut aller se faire foutre ! Merde à la fin ! Je déteste qu'on se moque de moi. Je déteste les débiles qui rient pour rien. Et je déteste les garçon-manqués alcooliques et pauvres ! Je la toise d'un air à la fois outré et méprisant. Elle mérite même pas que je m'énerve. Hein ?! Mais elle est collante, en plus ! Non contente de s'être mise à rire comme une tarée, elle essaie de me piquer mon verre ! Nan mais ça va pas la tête ?! C'est mon verre, bordel ! J'ôte sa vile main de ma boisson et avale tout d'un trait, histoire d'éviter qu'elle y touche. Et puis je me rends compte que j'aurais pas du faire ça. Je vois son regard noir qui me fusille comme si j'avais commis le pire des crimes. Puis je ne le vois plus, n'y pense plus. L'alcool descend lentement dans mon organisme et me brûle la langue, les dents, la gorge, tout. Merde. J'aurais peut-être pas du... Je déglutis. Ça y est, tout le verre est passé. J'ai la tête qui tourne, beaucoup... Beaucoup... Quelques petites minutes passent, et l'autre en est toujours à rire bêtement. Héhé... Hihi... Haha... Moi aussi je ris... Bêtement. Hahahahaha ! Elle a l'air trop conne comme ça ! J'éclate de rire à mon tour en la montrant du doigt. J'ai toujours la gorge en feu et je sens que mes joues s'empourprent - c'est chaud, très chaud ! Mais je m'en fiche, je me sens bien ! Terriblement bien !

Je me lève d'un coup, emporté par une vague d'euphorie. C'est étrange, très étrange, mais je ne veux pas comprendre. Je suis là pour autre chose que pour comprendre. Je suis là pour m'éclater, et reprendre ce monde qui m'appartient ! Je me hisse gauchement sur le bar, à quatre pattes sur le buffet, toujours mort de rire, je manque de renverser le deuxième verre de la souris. Les touillettes valsent autour de moi. Merde, j'ai pas du faire gaffe... J'aurais fait un geste brusque, moi ? Naaaaaan... La souris s'en prend dans les cheveux, c'est rigolo. Je dois être totalement ridicule, mais je n'en ai pas conscience. Ce monde, c'est le mien, et celui de personne d'autre. Personne, vous m'entendez ?! Personne ! Je suis le meilleur, je suis le plus grand, le plus beau, le plus intelligent ! Je sais tout, je vois tout, je comprends tout ! TOUT ! Sauf l'hystérie heureuse dans laquelle je me trouve. Et ce pauvre bar moisi auquel j'étais accoudé peu de temps auparavant s'est transformé en gratte-ciel. J'hallucine ou quoi ? Je dois avoir trop bu, trop vite. J'ai des vertiges, je vacille. Mais je suis quand même étrangement alerte. Ma vision est entre le flou et le déformé. J'aime ça, cette sensation de changement, le monde me défie. Et bien, Monde, je relève ce défi. Je lève un bras victorieux et hurle mon triomphe à l'assemblée de clochards avachis dans la pièce :

« Je suis le roiiiiii du Mooooooooonde ! Hahaha ! Hic ! Inclinez-vous, pauvres - hic ! - mortels ! »

C'est quoi ce hoquet qui vient tout gâcher, hein ?! Nan mais j'vous jure... J'ai le hoquet, quoi ! Et ma merveilleuse phrase ? J'essaie d'articuler ma gloire sans ce foutu hoquet. Pas moyen, j'y arrive pas. Les mots ne viennent pas. Je ne suis plus moi. Je n'arrive plus à me contrôler. Je tombe. C'est une chute vécue comme vertigineuse, du haut du building New-Yorkais que mon esprit a imaginé. Je m'écrase. Et en vrai, j'ai simplement du tomber du bar. Je me suis quand même écrasé lamentablement par terre. Et l'autre abrutie qui rigole toujours... Héhéhé... Moi aussi je rigole, bizarrement. Je m'appuie sur le tabouret haut pour me relever, fait quelque pas, chancelle. Je me rattrape au comptoir, agrippe le tee-shirt de la Souris au passage et essaie de me relever. Rien à faire, mes jambes refusent de me porter. Merde... J'crois qu'chuis bourré...
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Dr Levure [PV Orest + Libre]   04.07.12 7:19


Choisis 8D


Ri :
1- stourne
2- llettes
3- gole
4- z au lait





« Orest. Mais c'est Monsieur Dayton, pour toi, la clocharde. J'imagine que la souris a un nom aussi ? »



La clocharde un jour c’est pas dans la mâchoire qu’elle te donnera un coup. Elle hésite a lui refoutre un coup là ou elle pense, mais elle ne le fait pas. Nan, on touche pas à de la merde voyez vous.
La première fois ce n’était qu’une erreur, elle recommencera pas cette affront à son égo. Elle ne se bat qu’avec des gens intelligents et fort des personnes qui pourraient occasionnellement la battre. Lui, laisse tomber, il ne fera pas le poids mais pas le poids du tout.
Aristomie ? Elle éclate de rire. Nan c’est pas Orest Dayton son nom c’est Aristomie !
Premier effet de l’alcool sur elle. La pensée qui part en cacahuète. Elle n’a pas buté sur les mots, non elle a juste dit un truc … con.
Tout est parti de l’histoire du chat miteux. Ca lui a fait penser aux aristochats, et lui, c’est pas un vrai aristochat du coup c’est un aristochat miteux. Aristomie.
On rajoute un « e » à la fin surtout ! Pour que ça fasse plus le nom d’une bactérie ou d’une maladie, car après tout c’est ce qu’il est non ?


« Ton nom c’est pas ça Bouffon, toi c’est Aristomie maintenant. »

Elle le regarde longuement.

« Je donne pas mon nom aux gens d’une classe social aussi dénuée de manière. »

Elle regarde la Barman, puis lentement tourne son visage vers Aristomie, enfin plutôt vers son verre. Ce n’est pas du tequila qu’il a prit ? Si. Et ça c’est bon. Elle avance une main vers le verre encore remplie mais le gars ne semble pas être d’accord et repousse ma main avant de tout boire d’un trait. La fille ne peut s’empêcher de froncer les sour et de lui lancer un regard noir. C’était pour elle cette boisson là. Et le voilà qu’il boit tout sous ses yeux. C’est vraiment un gros chieur lui.
De nouveau elle Explose de rire. Putain qu’il est con n’empêche, déjà qu’il ne semble pas supporter et aimer l’alcool le voilà qui gobe tout d’un trait. Ce couillon va être bourré c’est moi qui vous le dit. Elle va bien se marrer elle le sent.
Elle voit sa tête qui devient rouge, et elle ne peut s’empêcher de repartir dans un autre fou rire. Le gars part aussi en un fou rire en la montrant du doigt. Peut être bien qu’il se moque d’elle, mais elle s’en fout, parce que c’est de lui qu’elle se moque. En même temps y a de quoi. Suffit de voir ses faux airs d’aristocrates pour être déjà plié. Mais là, ce faux aristocrate bourré et innocent, c’est trop. Elle ne peut s’en empêcher et elle rigole. Elle se fout de ce que les gens pensent d’elle.
Elle le voit qui se lève derrière ses larmes de rire, elle parie qu’il va faire une connerie. Elle redouble son rire, il a même pas bu un verre et le voilà déjà bien bourré. Puis le voilà qui se hisse maladroitement sur le bar. Il se prend pour qui lui ? Pour le roi du monde ?
Puis alors qu’elle est en train de rire, elle voit le paquet de touillettes, elle s’empresse de l’enlever, mais le gars donne un gros coup de pied dedans, faisant tomber les touillettes autour d’elle. Heureusement il y a la touillette survivante, celle qu’elle a mâchouillée toute à l’heure. Elle, elle est toujours là. Rapidement, elle la prend dans ses mains. On touche pas à sa touillette. Elle se dépêche de finir le verre que le gars a essayer de renverser, et en profite pour demander du tequila, le même que celui du gars. Juste pour voir si ça bourre bien la gueule quoi. J’enlève les touillettes de mes cheveux, ce bouffon doit bien rigoler là haut.
Ma boisson arrive et elle l’avale cul sec, enfin c’est ce qu’elle aurait bien voulu faire si le petit con n’avait pas brandi son bras en l’air, comme super Man, mais sans voler, juste a la verticale et se serait pas mis a crier, enfin à hurler, ça ressemblait plus à un affreux mélange de croassement et d’hurlement :

« Je suis le roiiiiii du Mooooooooonde ! Hahaha ! Hic ! Inclinez-vous, pauvres - hic! - mortels ! »

Elle recrache l’alcool en un magnifique jet qui atterrit sur le pantalon d’Aristomie. Heureusement elle a réussit à en boire une petite gorgée. Putain qu’il est con, il vient de tout gâcher là.
Mais elle se rappelle du magnifique hoquet ayant gâcher sa magnifique et glorieuse phrase qui promettait un avenir réjouissant sous son règne et se remet à rire.
Elle entend une masse s’écraser sur le sol, VBROUUUUUUUUUUM ! PAF. Mwahahaha, le roi du Monde sait pas voler ? C’est con pour lui parce qu’il a vraiment l’air misérable comme ça. Elle sait qu’elle doit être à peu près pareil, le léger maquillage a du couler à cause des larmes de rire, mais elle s’en fout, au moins sa couette à du rester intact, au pire y a une touillette ou deux qui reste dans ses cheveux voilà quoi.
Putain mais en plus il rigole quand il tombe, quel abruti !
Il essaie de se relever à l’aide du tabouret, fais quelques pas en chancelant, mais pfff .. Il est bourré, et ça se voit qu’il a pas l’habitude. Il se rattrape grâce au comptoir et à mon tee shirt. Le seul problème et elle croit qu’il ne l’avait pas très très bien compris, c’est qu’elle aussi est bourrée. On dirait peut être pas mais sa vue est un peu floue. Alors, en sentant un poids sur son tee shirt, elle tombe elle aussi lamentablement par terre, Chat a raison de l’appeler Souris, parce que là, le cri qu’elle vient de faire ressemblerait à s’y méprendre à un cri de souris.

Bon au moins, elle n’aura pas la tête dans la lune, mais elle aura les pieds (et bien plus) sur terre. Elle se met a rigoler par terre, voilà qu’elle aussi est bourrée. Elle aurait pas dû prendre la tequila. Enfin, heureusement elle est pas aussi bourrée que le gars., c’est juste la vue, le rire et la pensée qui part en live. Ouais, en faite elle est bourrée. Elle se remet à rire. Bon, c’est pas qu’elle aime pas être par terre, mais le carrelage sur ses jambes nues c’est pas super agréable. La prochaine fois qu’elle ira au bar, ça sera pas en tee shirt et en short. Tiens, ça lui apprendra.
En s’appuyant sur une des banquettes elle réussi à se lever. Elle s’assoit sur la banquette et essaie de rassembler les touillettes par terre, en voulant aller chercher une touillette un peu plus loin devant elle, son poids la pousse en avant et elle s’écrase par terre encore une fois, mais en faisant une galipette. Evidement, de travers hein, on peu pas être bourré et faire un salto et une récéption parfaite. Elle reste allongée par terre, regarde Orest et s’assoit avant de lui relancer toutes les touillettes.
Elle explose de rire :

« TOUILLLLLLLLLLLLETTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTEEEEEEEEEEESSS»

Ca lui fait penser au météorites, mais là, c’est des touillettes. Chacun son truc. Elle regarde le gars. En faite, elle l'aime bien, mais que quand il est bourré. Là au moins il est con.

Elle se relève et enjambe Orest histoire de chercher d'autres touillettes à lui lancer dessus. Elle trouve un petit paquet de cuillère pour les glaces. Tant pis, ça fera l'affaire. Elle saute à moitié de joie en voyant des cuillères toutes colorées, du rouge du vert, du bleu du jaune du orange, et même du violet ! Elle sautille presque sur place et arrête rapidement en se rendant compte que ces sautillements lui font tourner la tête encore plus que d'habitude. Elle remarque les quelques touillettes lancées sur le bar et les reprend.
Elle retourne vers Orest et lui jette tout le paquet dessus, ne s'empêchant pas de rire en le voyant se faire recouvrir par un arc en ciel de cuillère à glace et de touillette.
Putain, c'est bon d'être bourrée. Au moins, on sait pas ce que l'on fait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Dr Levure [PV Orest + Libre]   05.07.12 19:32

I've got a fist full of Whisky, Tequila just hit me ~

Les évènements sont confus dans ma tête. Aristomie ? C'est quoi, ça ? Quand est-ce qu'elle a dit ça ? C'était avant ou après son triomphal "touillettes" ? J'en sais rien. Mais j'm'en suis pris plein la gueule, de ses touillettes. Et des cuillères à glace, aussi. C'était rose, bleu, vert, jaune, mauve. C'était coloré. Trop coloré. Beaucoup trop coloré. On aurait dit les couleurs ne notre salle de jeu, quand on avait encore la maison. Me rappeler cette salle de jeu, c'est mal. Ça me fait penser qu'on n'a plus cette maison. Sinon on serait pas là. Je vais lui montrer qui c'est, le bouffon ! Mais j'peux pas. Déjà, cette abrutie m'a recrachée sa sale bave dessus. Merci, franchement. J'vais lui montrer. Je commande un autre verre. Elle aime la Tequila ? Elle va en bouffer, cette clocharde. Même si la serveuse est assez réticente vu mon état. J'insiste. Elle fait glisser le verre sur le comptoir. je m'en empare d'un mouvement ample et en renverse un peu partout. Mais surtout, surtout, je le renverse sur la tête de l'autre clocharde. Ouais, parfaitement ! Clocharde ! Ça lui va tellement bien. Elle se prend la moitié du verre dans les cheveux. Le liquide vanillé dégouline sur sa peau, sur son cou, sur ses vêtements. Bien fait ! Elle va puer l'alcool et plus personne voudra d'elle pour ce soir. Je l'attrape par le col de son tee-shirt et l'envoie valser loin du comptoir. Hors de ma vue, tu m'ennuies déjà, Souricette. Mais elle va revenir. C'est fou ce que les gens peuvent être collants, quand ils sont bourrés. Je demande mon troisième verre - mais ça ne serait que le deuxième que je m'enfilerai. Toujours la même chose. On ne change pas une recette qui gagne... J'veux pas me rappeler de cette soirée de merde.

« J'vais t'en faire bouffer, de la touillette, si tu me lâches pas les basques illico, La Souris. »

Nouvelle crise de rire. C'est quoi ce bordel ? Pourquoi je ris ? Mon verre arrive. Victoire ! Oublier. Faire comme si ce n'était qu'un mauvais rêve. Et puis, même si ça brûle, c'est pas mauvais... Mais à peine une gorgée est-elle engloutie que l'autre revient à la charge. Je repose bruyamment le verre et me tourne verre elle. J'essaie de lui décocher mon habituel regard assassin, mais l'expression sur mon visage s'est figée en un sourire idiot. Bon, on va essayer le mépris alors. Nouvelle grimace complètement anti-classieuse. Et puis, faut dire qu'elle a une énooooorme tache de tequila sur le tee-shirt. Non, en fait, la tache, c'est sa touffe bleue aplatie par l'alcool. Hahahahaha, c'est trop ridicule ! Je me fous ostensiblement d'elle. Même bourré, il faut que j'accomplisse mon devoir envers les sous-merdes. A savoir, leur faire comprendre qu'ils sont et seront toujours des clochards. Qu'ils le resteront jusqu'au bout. Quoi qu'il arrive. "Alors, on revient danser entre les griffes du chat, la clocharde ?" Oui, j'aurais adoré lui dire ça. Mais à la place, il n'y a qu'un vulgaire « beuahahaha » qui sort. Un « beuahahaha » stupide et déplaisant. Orest, qu'est-ce que tu fous, là ? Où est passée toute ta classe, toute ton intelligence ? Où est passée l'ironie dont tu te sers habituellement pour semer le doute dans l'esprit des gens ? Et le venin que tu adores répandre un peu partout autour de toi ? Nulle part. Tout ça, c'est passé nulle part. Ou plutôt : Nulle Part. Dans le vide intersidéral qui s'est creusé dans mon esprit, peut-être. Comment savoir ? Toujours est-il que pour l'instant, je ne peux rien faire d'autre que de rigoler bêtement.

« T'as une tache, là... Juuuuuusteuh làààààààà ! »

La partie encore consciente de mon esprit se révolte contre cette preuve d’imbécillité profonde. Orest, regarde-toi, on dirait un attardé mental. N'empêche, le moi-bourré a raison. Elle aune grosse tache en plein milieu de la face. Je pose mon doigt sur son nez, sans aucune délicatesse, évidemment - normal, je suis bourré, j'ai toutes les excuses du monde. Tiens, c'est bizarre, je vois flou. Mes yeux s’accommodent et se désaccommodent tous seuls. En plus, les formes les plus simples dansent devant mes yeux, ondulent, divaguent. Divaguent en formant de belles petites vagues colorééééééées. Putain, j'suis grave. J'dois vraiment être bien bien bien bourré. Je dois loucher, en plus. Je suis débile, quand même, quand j'ai trop bu. Même gamin, j'étais moins con. Mes neurones ne doivent plus trop faire de connexions, là-haut... J'ai l'impression que mon cerveau est parti loiiiiin loin loin en vacances. Qu'il s'est barré à la plage, au soleil, qu'il fait bronzette et va jusqu'à cuire puis fondre au soleil, avant de se retrouver comme une petite flaque d'eau moisie qui s'infiltre dans le sable chaud. Quand je vous dit que je suis bourré... Je pense de la merde depuis tout à l'heure, quoi. Et j'ai même pas enlevé mon index droit de son sale nez de clocharde, en plus. Et je continue à sourire bêtement.

« Ouais... Donc... C'est quoi ton prénom ? Si tu veux pas me dire ton nom... C'est que t'en a pas. Donc t'as un prénom à la place... Heiiiiiiiiiiiiiiiiiiin ? »

Nouvelle tronche de débile. Mais cette fois-ci, au moins, j'ai réussi à la regarder droit dans l'oeil. Oui, parce que Mademoiselle n'a qu'un oeil de visible, figurez-vous. Comme si on n'avait pas le droit de voir l'autre, quoi. Sérieux, ça me gave, tout ça.

« Diiiiiiiiis... - Y'a pas à dire, j'ai l'air vraiment trop con quand je suis bourré - T'as qu'un oeil de souris ou bien t'es jamais allée chez le coiffeuuuuuuur ? »

Je tire sur sa grosse mèche de cheveux bleus dégoulinant pour lui faire comprendre de quoi je parle. J'ai l'impression de parler à un mur de cheveux. Et j'aime pas parler aux murs de cheveux. C'est pas très loquace, généralement. Pas que je veuille lui parler. Mais je dois délirer un peu beaucoup énormément sous l'emprise de l'alcool. Très certainement et très probablement. Ça doit être ça.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoyageurs


Âge : 17 ans
Messages : 37
Date d'inscription : 01/07/2012

Rêves : 2387

MessageSujet: Re: Dr Levure [PV Orest + Libre]   07.07.12 9:45

C'est la première fois que j'entre dans le bar de la navette. C'est bien connu, les bars c'est souvent les repères des truands. Pourtant, le bar de la navette ne ressemble pas aux bars des films de supers héros. Au contraire. Il est clair, classe, moderne. Je suis soufflé. En débarquant avec ma cape de superman, je ne pensais absolument pas tomber dans ce genre d'endroit. En plus y a une bonne ambiance. J'aime la musique. Les éclats de rire des gens plus ou moins bourrés. Tiens, en parlant d'éclat de rire, je remarque un couple qui semble vraiment bien bourré. Je m'approche d'eux. Alors eux, ils sont vraiment bien défoncé .. Surtout le mec. A croire que c'est la première fois qu'il boit de l'alcool de toute sa vie. J'hésite. Enfin non, en fait j'hésite pas du tout, je fonce, comme d'habitude. Je m'approche d'eux. Une fille aux cheveux bleus, comme moi ! Et un mec à la gueule de bourge. Alors lui, s'il se voyait dans un état pareille, il y croirait pas. J'ai envie de prendre une photos, mais j'ai pas d'appareil photos sur moi. Dommage. Tiens, il tire les cheveux de Cheveux Bleus. J'explose de rire, monte sur une table, et saute entre les deux. J’atterris juste sur le bar. Je ne sais pas si le barman m'a vu ou pas. A vrai dire, je m'en fou.

« Et bien mon bon môssieur, la galanterie et vous, sa fait deux ! »

Je m'assois sur le bar, et prend la main de Cheveux Bruns pour qu'il lâche Cheveux Bleus. Puis je me tourne de nouveau vers Cheveux Bruns, et lui dit, d'une voix amusée.

« Quand on sait pas boire, on évite au moins de se foutre la honte ! »

Je prend son verre d'alcool, et l'éloigne un peu. Puis je descend du bar, et me retrouve juste au milieux des deux bourrés de la vie.

« Je me présente, Sir Thomas pour vous servir ! »


Là, je moque de Mr Le Bourgeois. C'est marrant. Puis je lui tire la langue, et rajoute.

« En fait, nan, moi c'est Super Thomas ! »


Plus loin, je repère un groupe de mec, dont un qui tiens un appareil photos. Dans ma tête, une chanson française résonne. Je n'en comprend qu'une partie, et c'est exactement celle là qui me vient à l'esprit. LE JOUR DE GLOIRE EEEEEST ARRIVÉ ! Je bondis sur un nouvelle table, court vers le groupe de mec, et leurs chourres l'appareil photos. Je lance un petit ; « Merci les gars » puis rebondis vers mes deux bourrés. Derrière, je sens les regards des mecs qui me fixe. Bientôt, ils vont venir me casser la gueule parce que j'ai pris leur appareil photos. Mais tant pis, je suis super Tom ou je suis pas Super Tom ?! Aller, passons aux choses sérieuses ! Hop, une photos de l'Aristo pris en flag' ! J'explose de rire.

« Celle là, je la garde, je te la remontrerais quand t'auras l'esprit plus clair »

Je lui fais un nouveau clin d'oeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: Dr Levure [PV Orest + Libre]   08.07.12 13:15

- Dis ? On a pas l'air de gros débiles là ?
- T'inquiètes, je gère la situation.



Elle n’arrête pas de rire, c’est plus fort qu’elle, ça lui prend les tripes et ça lui fait cracher ce rire aigu.
« Ouais... Donc... C'est quoi ton prénom ? Si tu veux pas me dire ton nom... C'est que t'en a pas. Donc t'as un prénom à la place... Heiiiiiiiiiiiiiiiiiiin ? »

Il devrait voir sa gueule, on dirait vraiment un gogole mental, enfin c’est pareil quand il est pas bourré en faite. Il fait une sale gueule n’empêche, je ne peux pas m’empêcher de rire, elle n’arrive plus à respirer tellement elle rigole, putain qu’est ce qu’il est con ! Mais au moins elle se tape un bon fou rire à voir sa gueule.

« Diiiiiiiiis... -T'as qu'un œil de souris ou bien t'es jamais allée chez le coiffeuuuuuuur ? »

BEUUUUUUHHHHHAAAA
Ca lui donne envie de vomir. Il a vraiment l’air con, il n’arrive pas à articuler un seul mot. C’est une phrase informe est hideuse, mais elle réussit à en saisir le sens. La prochaine fois, il laissera sa tequila à la Souris. Ouais, elle semble bien mieux supporter l’alcool que lui.
Il commence à tirer sur la mèche bleu qui cache son œil gauche. Instinctivement elle ferme son œil caché et je lui donne un léger coup de genou dans le bas ventre. Un peu au dessus de son entre jambe.
Enfin, elle le voulais un peu au dessus, mais voyez elle est bourrée non ?
Bah ça sera pas de sa faute si elle a mal dosé sa puissance.
Au moins, comme ça le connard à lâché sa mèche, c’est ça qui compte. Avec un peu de chance aussi, il n’a pas vu ce qu’il y avait de l’autre coté de ce barrage chevelu.
Après c’est le trou noir, elle semble avoir un moment d’absence, être assise sur le canapé l’ai complètement perdue. Sa bouche réclame encore de l’alcool, toujours plus, pourtant elle reste là, les yeux vides.
Puis soudain un flash, ça lui fait mal à la tête et elle secoue la tête, un sourire en banane se fige sur ses lèvres, elle réajuste sa mèche bleue juste devant ses yeux.

« Celle là, je la garde, je te la remontrerais quand t'auras l'esprit plus clair »

De nouveau, elle est prise par un violent fou rire, elle regarde le gars .

« CHEVEUUUUUUUUUX BLEUUUUUUUUUUS ! »

Ouais cherchez pas, quand on est bourré on voit des trucs bizarres dans sa tête, et encore, là, elle vient de dire cheveux bleus ok, avec une voix aigu mais y a pire, nan je ne vise pas Orest.
Bref, elle courut vers le cheveux bleus et commença à l’étouffer d’un gros calin.
Puis, prise d’un élan de courage, ou de stupidité, c’est à voir, elle monte sur le bar et commence à marmonner des choses incompréhensibles.
Puis, elle saute dans le vide, se croyant sans doute pour Super Women, elle lève son bras vers le ciel, défiant ainsi le vaste univers emplie de milliers de petites étoiles. Mwahaha, elle n’était pas reine, mais c’était une super Héros avec des super pouvoiiiiiiiiiiirs !
Elle savait voler, c’était trop kiffant, elle savoura ce moment de gloire entre les étoiles lumineuses et s’écrasa avec élégance sur le sol.
Elle se roula sur le dos, puis regarda en l’air, le plafond.
Elle avait des petites étoiles qui clignotaient devant ses yeux, machinalement elle essaya de les chasser en fouettant l’air de sa main. Puis, elle pensa que ces petites lumières étaient des moustiques, et commença à taper des mains pour les écraser. Mais a chaque fois qu’elle réussissait, un autre venait pour le remplacer. Puis doucement, ils commencèrent à partir. Elle se releva, et s’assis sur le cul, elle n’arrivait plus à se relever. Elle commença à tapoter le sol de ses mains en chantant l’air de He’s a pirate. Elle avait la tête qui tournait, mais elle continuait quand même sa mélodie avec un certain entrain, avec évidemment ce fameux sourire en banane, mais un poil hautain et méprisant. Un sourire de bourrée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Dr Levure [PV Orest + Libre]   11.07.12 10:23

Let's start a Riot ! ~

Gros flash blanc. Ooooh, c'est joliiii... Hein ? Non mais qu'est-ce que je raconte, moi ?! Je cligne plusieurs fois des yeux. Ben merde alors, je vois toujours rien. Je les plisse, cette fois-ci. Ah, ça y est, c'est déjà un peu mieux. Qui a fait ça ?! Y'a pas d'orages dans l'Espace, à ce que je sache. Donc c'est forcément un autre abruti de la salle qui a fait le coup.

« Celle-là je la garde, je te la montrerai quand t'auras l'esprit plus clair. »

Gneuh ? De quoi il me parlait, celui-là ? Et c'était qui d'ailleurs, ce type ? Un paumé aux cheveux bleus avec une cape de superman. Oh putain. J'dois être vraiment bien défoncé, moi. La vache... J'reprendrai pas de tequila de si tôt. Aïe ! Mais qu'est-ce qu'elle fout celle-là, encore ?! Elle m'a frappé ! Elle a osé me frapper encore une fois ?! Et je manque de tout lui vomir dessus. Je lui lance un regard furieux et m'apprête à lui coller la plus belle baffe de toute sa vie quand elle se lève un grand coup et gueule comme une cinglée. Ok..? Je ferai peut-être mieux de la laisser tranquille, en fait.

« CHEVEUUUUUUUUUUUUX BLEUUUUUUUUUUUUUUUUUUS ! »

Ok, j'suis pas le seul à pas être bien, alors. Hé, mais c'est moi où elle lui fait un gros câlin à la bisounours, là ?! Nouvelle crise de rire. Haha, j'aime être bourré, je me rends pas compte que j'ai l'air complètement stupide, du coup j'peux faire c'que je veux. Je me relève maladroitement - mais avec classe, quand même, parce que c'est moi - et m'approche de l'autre kéké en super-héros. Je pose sur lui un regard qui se veut accusateur et commence à l'engueuler, criant à moitié dans le bar :

« Qu'ess'tu m'veux, toi ? T'as un problème, Super-Minable ? »

J'écarte la Souris du type et me plante devant lui. C'est moi qui parle. C'est moi qui règle les comptes. Non mais ! Oui, sauf que mon cerveau s'emmêle un peu les pinceaux... Quel désastre.

« Hihi, c'est marrant ça. Tom, et la souris. Tom, et Jerry. Hahahaha ! »

Mais pourquoi j'ai sortie une connerie pareil, moi ? En plus je peux pas m'empêcher de rire comme un détraqué. Non mais sérieux, ça va pas dans ma tête. Faut que je me calme, moi. Faut surtout pas que je touche à un autre verre, ouais.


HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoyageurs


Âge : 17 ans
Messages : 37
Date d'inscription : 01/07/2012

Rêves : 2387

MessageSujet: Re: Dr Levure [PV Orest + Libre]   17.07.12 15:19

Alors là, c'est deux là m'ont l'air vraiment bien bourré. Peut être encore plus que ce ne que je ne pensais. Entre Cheveux Bleus qui hurle comme une tarée, et l'aristo' qui n'arrive même plus à parler, j'ai l'air quasiment normale avec ma tête de SuperHéros.Soudain, j'étouffe.

« AU SECOURS MAMAAAAN »

Au secours maman ?! Mais comment ça au secours maman ?! Depuis quand un super héros sa appelle sa mère quand c'est en danger ?! Merde, il faut que je me ressaisisse non de dieu ! Je m'apprête à éloigner Cheveux bleus qui m'étouffe dans une étreinte pleine de force quand celle-ci se détache d'elle même, monte sur le bar, et commence à faire SuperWomen. Yes, la soirée commence enfin à devenir intéressante ! Mais voilà que notre nouvelle héroïne se jette du haut du bar. Elle est folle ou quoi ? Elle va se manger par terre, elle tiens même pas debout ! Comme prévu, elle s'écrase par terre comme une crêpe. Mes supers réflexes de super héros ne sont pas encore au point. Il faut que je travaille sa, sa craint de laisser une damoiselle en détresse s'exploser sur le sol.

Je jettais un coup d'oeil à l'Aristo'. Il était pas frais non plus. Le voilà qui m'agresse.

« Qu'ess'tu m'veux, toi ? T'as un problème, Super-Minable ? Hihi, c'est marrant ça. Tom, et la souris. Tom, et Jerry. Hahahaha ! »

Je le regarde, intrigué. Qu'est ce qu'il me fait celui là ? Il a un mauvais trip ou quoi ? Faut vraiment qu'il arrête l'alcool, il a pas l'alcool sympas; mais plutôt l'alcool chieur. Super Minable. C'est lui le super minable oui ! Moi au moins, j'me fou pas la honte devant une floppé de gens, et avec une jolie demoiselle en plus ! Tom et Jerry.. Je le regarde. Puis éclate de rire à mon tour. Il est cinglé celui là ! C'est tellement con que j'en rie aux larmes. Quel idiot !! A coté de nous, Cheveux Bleus commence à chantonner l'air de He's a pirate. YEAH J'adore ! Je me met à chantonner avec elle, tout heureux. Pirates des Caraïbes, c'est mon film préféré après les fims de superhéros alors forcément, je connais bien. J'arrache ma cape, enlève le bandeau que j'ai devant les yeux, et le place en bandanna.Je pique un chapeau qui sur la tête d'une quelconque personne (à vrai dire, je ne regarde même pas) et voilà que je me prend pour Jack Sparrow.

« EN ROUTE VERS LA VIE ÉTERNELLE ! »

Je commence à sauter un peu partout, continuant à chantonner l'air de He's a pirate.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Dr Levure [PV Orest + Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dr Levure [PV Orest + Libre]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» le québec libre!!!
» Base de Torcy - nage en eau libre
» Libre navigation avec la Savoie [abrogé]
» Les RPG en libre téléchargement
» Libre antenne samedi 25 !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Another Earth :: 
Sous les étoiles
 :: Le Trou Noir :: Les Météorites
-